instinct, opportunisme, prévision

le monde du vivant, c'est celui de la matière complexement organisée et diversement active sur elle-mêmeet so environnement.

On parle d'instinct à propos d'activités d'êtres vivants "typiques" de leur "espèce", dont  l'éveil et l'exercice sont "préprogrammés dans l'ADN".

Bien sûr, des variantes individuelles de ces programmes existent, et la biographie de chaque individu facilitera, gênera ou empêchera leur exercice.

On peut observer des conditionnements , et comprendre les origines de telle ou telle particularité individuelle.

Chez les moins complexes des espèces vivantes, chaque individu a ses particularités. A mesure qu'on s'intéresse à des espèces plus complexes, ces différences individuelles deviennent  plus nombreuses, plus originales. Par exemple, les espèces pourvues d'un cerveau peuvent développer des comportements très divers .L'animal le plus complexe, homo sapiens, pousse le plus loin ces diversités....et développe une conscience de soi et du monde...dont des prolégomènes sont déjà observables chez les espèces les plus voisines zoologiquement.

La matière vivante, àla fois obéit et désobéit aux lois cosmiques, physico-chimiques, de son univers.

Parmi les manifestations  les plus "anciennes"d'activité originale du cerveau de nos plus proches "cousins", on peut compter les conduites opportunistes . L'individu "profite" de particularités d'une situation. Par exemple, chez homo habilis , la casse aléatoire de silex est suivie de "tris opportunistes" de  "morceaux" utilisables pour râcler, couper, percer.Il ne s'agit encore, ni d'instruments, ni d'outils . Cette"prodiction"  n'est pazs une "fabrication".Sapiens, lui aussi,,peut se montrer opportuniste, avec plus de variété etg plus de succès, puisque son environnement est plus varié que celui d'habolos..

L'instrument , lui, est délibérément "produit,,par remaniement d'objets déjà présents : fibres, brindilles, bâtons, cailloux, rechdrchés, remaniés et uilisés pour accomplir une tâche d'actualité..La brindille mâcbouiilée qui devient un piège gluant pour de savoureux insectes, le fil de fer muni d'un "bec" par un corbeau, pour capturer des vers, en sont des échntillons. Opportunisme, encore, mais se portant sur des objets recherchés "iciet maintenant".

L'outil est autre chose. Il est, "fabriqué" hors du lieu et du temps de ses emplois; conservé et réutilisé . Il donne lieu à des perfectionnements, à des inventions. Et des catégories très sophistiquées d'outils ont, dans l'histoire de l'homme, été imaginées, fabriquées et utilisées : armes, pièges, engins, machines, édifices, oeuvres d'art, techniques, mathématiques, sciences...Tout cela, seul sapiens le fait.

Projet et prévision sont un autre pas en avant .Déjà, la fabrication d'outils impliquait prévision. mais  ne concernant qu'une catégorie particulière d'actions. Le projet implique  la coordi ation dactions différentes, l'utilisation de "panoplies" d'outils, l'élaboration de "phases" d'exécution et de bilans intermédiaires , le contrôle de "résultats" prévus.

C'est cette complexité et cette diversification d'actions à échéances plus ou moins lointaines qui a conduit à la mise en place d'actions sociales et individuelles d'éducation, d'instruction, d'apprentissages.

Les sites, installations,,ateliers; les bricolages, "bidouillages"; les "arts", avec leurs "oeuvres", sont des formes modernes d'opportunisme. Tout comme les "placements", "ventes", "transports et transferts", etc...Le monde humain est devenu 'une complexitz, d'une puissance, qui a fait apparaître les problèmes de responsabilité

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.