rien que nous deux

les romances, chansons, poésies populaires, l'ont-elles assez rabâché ...

La vue en couple, et rien qu'en couple, on ne la rencontre que dans des situations exceptionnelles.Le ranch isolé des légendes a ses paysages, ses animaux, se approvisionnements, ses enfant.Ce n'est pas du "rien que nous deux".Il n'est jamais total , même pour deux vieux citadins cloîtrés par les maladies ert déficiences. Il y a ,souvent, "lm'aide ménagère"qui s'acquitte des nettoyages, rangements, emplettes quotidiennes. Il y a les "visites" : ùédecin, infirmière, famille , amis.Il y a le téléphone, la TV, 'ordinateur.Il y a les bruits des voisins et de la rue...

Mais il n'y a plus  de "choses à faire au dehors".Et toutes les "ouvertures" sont autant agressions que libérations..Les visites épuisent : il faut faire bon accueil -et ce n'est pas falsifié : à l fois contents de la visite...et sachant qu'ensuite, on sera encore plus las...

Et puis, il y a une responsabilisation écrasante de chacun vis-à-vis de l'autre.  Chacun sait tout sur l'autre, on ne peut rien lui cacher...et donc pas non plus se le cacher à soi-même.

Et chaque douleur de l'autre vous est douleur et désespoir ;chaque oubli ou inattentions est cruauté.

Et, incroyablement, l'amour peut rester là, témoigné , non par des paroles, mais au travers de petits actes infatigables, montrent  l'un et l'autre encore capables de se dépasser.

Quelle espèce étrange que la nôtre!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.