un emmerdeur...

C'est ce que je suis depuis ma naissance... Je l'ai découvert il y a quelques jours : plongeant dans mes archives pour retrouver ma date de mise à la retraite de l'Education Nationale, surprise!

Je n'avais pas été "admis à faire varie valoir mes droits", mais "considéré comme ayant rempli ses obligations". Nuance...

D'où, comme ça,, plongeon dan,s le passé...et découvertes.

Enseignant, j'ai été, du début (1-10-1945) à la fin (1-10-1985) "spécial...

Rentrée 1946-46 : "instituteur stagiaire" frais sorti de l'Ecole Normale d'Instituteurs du Dépârtement de la Seine , j'accomplis devant le jury ma demi-journée de classe ...et, l'après-midi, je comparais devant le jury. Là,, on me dit :"Vous n'avez pas "fait" le quart d'heure d"Instruction Civique qui est au programme et figure à votre emploi du temps.Comment cela se fait-il?"

"Voius étiez là, Messieurs, dès le coup de sifflet de 8h1/2 qui a signalé l'entrée en classe. Dernier nommé,,je suis le seul à avoir ma salle de classe au 2è étage. Vous avez pu noter que j'ai surveillé sans retard l montée de mes 58 élèves de CE1 dans l'escalier en spirale. Ils n'ont pas traûné pour suspendre leurs manteaux, gants dans les poches, aux patères du couloir, à s'asseoir à leur place (certains au bord de mon estrade, faute d'autres places assises, et à sortir leurs "cahiers du soir" que j'ai ramassés tout en distribuant les "cahiers du jour" sur lequel, hier soir, j'au tracé les modèles d'écriture. Vous avez vu et entendu que j'avais dû ramasser l'argent de la cantine, distribuer les timbres antituberculeux.

Le quart d'heure  de l'Instruction Civique était écoulé. J'ai enchaîné selon l'emploi du temps , jusquà 11h1/2, où la fon des cours a été sifflée...Qu'eûssé-je dû faire ? Vos conseils me seront précieux...

On a parlé d'autre chose...

Et, lorsque j'ai reçu mon attestation de titularisation...et le double du rapport du jury, j'au lu :"devra trouver un accommodement entre les circonstances matérielles et le respect des programmes et horaires". J'étais reçu, avec une bonne note...

Nouveau plongeon ,comme ça, au fin fond du passé : je me suis souvenu que, si j'avais été élevé par mes grands-parents maternels , c'est parce que ça emmerdait ma mère de pouponner...et que ça ravissait ma grand'mère, qui n'avait que 41 ans...et travaillait à domicile (couture et tricot, crochet...en artisanat.

Vongt ou trente rôles d'emmerdeur me sont remontés...et me voilà à vous emmerder, vous, amis du Club... Mande pardon si j'mescuse...

NB: entrant à l'Ecole Normale à 16 ans, j'avais dû "payer" cet enseignement "supérieur" gratiit par un engagement à servir l'Etat pendant 37 annuités1/2 ...j'ai quitté le 1-10-1985...le compte y était...même avec mes deux ans de "mise en disponibilité" pour préparer le Diplôme d'Etudes Supérieures, équivalence DESS (sur concours national,  8 places, 80 candidats)préparé sans arrêt de travail...et reçu 1er)

L'emmerderie chronique, ça m'étouffe...pardon si je vous la propulse...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.