des GAN

Dans "La plus belle histoire de l'intelligence'" (RLaffont, oct2018) ,je tombe, ;p.220 , sur ces "Generative Adversorial Networks", dans la 2è partie, où le "médiateur" Jacques Girardon échange avec Yann Le Cun (spécialiste des neurones artificiels .

 

Cette deuxième partie, "Machina sapiens", comporte trois chapitres : 

-comment l'intelligence vint aux ordinateurs

-ordinateur vs homo sapiens :le match

-les émotions artificielles

L'échange  commence par l'idée que l'ordinateur est un outil...et l'intelligence aussi...dont on peut chercher à connaître les procédé de fabrication et les démarches d'emploi. Calculs, logique(s), stratégies de travail, algorithmes (qui me rappellent les "gammes d'usinage"), ressemblance entre "machine programmée" et homme utilisant des savoirs et savoir-faire acquis et intériorisés sans avoir besoin de recourir à la conscience. Alors, faut-il copier le cerveau pour construirfe des maxhines intelligentes?. vec, dans les années 60, deux démarches concurrentes, partant "du haugt" pour "aller vers le bas"...ou le chemin inverse. Autrement dit, chercher à imiter l'intelligence humaine développé, ou à reproduire les processus de développement de cette intelligence. "Top-down", ou "downe-top".ont permis de fabriquer des ma hines performantes..

"Le match" évoque les "machines à jouer" (aux dames, aux échecs, ou go, etc...qui  ont devenues performantes au point de battre les champions cu monde e chacun des jeux...les trois jeux cités dans l'ordre de "difficulté croissante" à partir du nombre de "coups" possibles dans une situation donnée

Les "apprentissages supervisés" ressemblent à ceux du petit qui "distingue" l'image d'un cochon de celle d'une girafe à partir d'échanges avec parents, frères et soeurs, adultes quelconques (gestion des perceptions visuelles et perfectionnement du langage. (le Perceptron et l'apparition du "Deep Learning"..et, après le visuel, l'auditif...

Puis "les émotions artificielles": besoins, désirs, punitions et récompenses...Le "chimique" du cerveau humain (adrénaline, dopamine)....et le fait que les machines sont dépourvues d'émotion...

Mais une machine peut accepter ou refuser une information. Et on peut construire un "système prof-élève" dans lequel le "prof" apprfend, parce qu'il doit bien modifier ses acceptations-refus en fonction des réponses "bonnes" ou "fausses" de "l'élève".C'est de cela qu'il s'agit avec les GAN

Je pense qu'il faut se souvenir de ce que les "ordinateurs vivants" sont d'une complexité très supérieure à celle des machines les plus avancées, d'une "compacité bien plus grande...et du système chimique récompense-punition. Et que, donc, l'homme l'emporte toujours de terès loin sur la machine dans son fonctionnement global. Même si, à propos d'aspects, de parts de ce fonctionnement, on peut fabrquer des machines plus rapides et plus puissantes que le cerveau.

Mais il n a toujours été ainsi. Un,levier est plus puissant que le corps humain; un épieu frappe plus loin et plus puissamment que la main ou le pied, et "mord" plus férocement...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.