nous avons fait ce monde

nous cumulons tous les caractères des espèces vivantes qui int précédé la nôtre. Et nous y avons ajouté les nôtres : faber, sapiens, loquens. D'où l'apparition de l'ensemble pathos-praxis gnosis

Notre survenue sur la Terre a produit un remaniement de l'ensemble planète-vie .

Par exemple , aux "dominances" qui existaient chez  des espèces-dont la nôtre-se sont ajoutés des pouvoirs :

-technologiques ,depuis le paléolithique ,qui ont proliféré, sont devenus toujours plus puissants

-religieux, dès que , à côté du chef, est apparu le chaman

-militaire: des chefs ,des mercenaires,, des bandits , des terroristes (avec des mélanges, déguisements, trahisons, "infiltrations"

-des "biens":terres, redevances

-des monnaies

-des finances , monétaires, puis financières..jusqu'à notre système "virtuel" planétaire.

L"apparition de fiefs, puis Etats: royaumes, empires, républiques

En même temps, notre démographie galopante et envahissante, occupant toute la planyète...et un peu au-delà..

Les technologies artisanales,,puis manufacturières, puis industrielles,avec la prolifération des savoirs , qui a fait des sciences des auxiliaires des productions, gestions, techniques. Multiplication des matériaux, installations, machines.

Les modes de capture, production, utilisation d'énergies diverses (hydraulique, thermique, éolienne...puis nucléaire.

Aucun pouvoir n''est indépendant  des autres, mais aujourd'hui la finance vituelle l'emporte sur  toutg le reste, y copris le politique, le militaire, le scientifique, l'économique "concret" (biens et services).Des "réseaux" de conjonction et affrontement de pouvoirs sont en perpétuelle action et évolution

Il existe , à la fois des survenances d'innovations, et des "viscosités", "attachements" à des aspects du passé.

A l'exploration, à la conquête, à l'exploitation transformatrice  de la planète s'ajoutent des dosparitions, des destructions, des dommages irréparables.

La Terre est "humaine", pour le meilleur et pour le pire.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.