L'actualité contre l'information

Tous les moyens de communication semblent partager ce défaut : obsolescence rapide es faits, mots, idées...sans parler des actions (voir Gilets Jaunes)

Ce n'est plus même au jour le jour que nous vivons, mais à l'instant l'instant.

Si l'on parcourt chaque jour ,ici, le Journal et le Club , c'est frappant: "nouveau!" est un "argument" aussi puissa t piour la lecture et l'écriture, qu'il l'es pour la vente dans les secteurs commerciaux..

Les articles les plus lus, le publications les plus citées, les sujets déclencheurs de "fils" nourris concernent des jeux, des nouvelles, des échanges personels (même slus pseudo).

Les débats sont très rares, les dans un présent perpétuel..es études historiques...celles  concernant Mediapart même, y sont comme enfermées ..Les exceptions ont rares...

L'image de l'i-phone collé à l'oreille, ou du regard rivé à un écran occupe beaucoup de place et de temps. Et les retours sur hier, souvent, sont "live". Bien sûr, on ne peut vivre qu'au présent...et nos côtés animaux sont là pour nous le rappeler. Mais si la "sensibilité", , si les "perceptions" ne laissent pas place à la pensée inquisitrice, soucieuse de  savoir et de comprendre, c'est grave, je pense..

Si l'Histoire n'est plus que mémorisation, si elle perd ses caractères d'enquête sans répit, d'analyse patiente et remise en cause, elle n'est plus que"l'image du passé". Et les évènements, les auteurs, les oeuvres du passé sont cités, pas réexaminés.. Et les  "il faut que" l'emportent sur les "nous allons faire".

L'abondance niagaresque, la vitesse de propagation des "news", tuent l'information, la recherche.Je me surprends chaque jour à y céder...

Notre espèce est la seule à pouvoir connaîktre le passé, projeter un avenir.Ne renonçons pas à cette originalité, c ette "exclusivité" qui n'est pas "du moment.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.