le fonctionnement idéologique

Je donne ce nom à une activité spécifique de l'espèce humaine, aussi constante et multiforme que les activités physiologiques. Les "idéologies" politiques ou religieuses ne sont que des produits particuliers de cette activité.

Chez l'espèce humaine, les "réactivités" des vivants sont présentes:  survivre, se reproduire, évoluer.

Nous avons aussi des caractères des espèces les plus complexes : attachements, conditionnements, socialité.

Et puis, d'autres caractères nous sont propres :

-activités de fabrication délibérée, hors des lieux et temps d'emploi de leurs produits

-conscience de soi et du monde "extérieur"

-pensée et langage ; création et usage de systèmes symboliques .

Ces traits spécifiquement humains entraînent  l'existence d'autres particularités. Par exemple, les "instincts" et "conditionnements" mobilisateurs   comportent chez nous un "plus" que l'on peut appeler "affectivité".

Ou encore : pensée, langage et symboliques amènent l'existence d'arts, de sciences, de technologies, de jeux.

NB ce qu'on décrit comme "jeux" chez les animaux supérieurs , sont des activités de passage de la dépendance des jeunes à l'autonomie de l'adulte. Ce que l'on dit "arts" chez des animaux n'est qu'application  opportuniste de "modèles" génétiquement imposés.

Ce que je nomme "fonctionnement idéologique" a pour moteurs et outils  des mobiles affectifs, des activités fabricatrices et artistiques, des oeuvres de langage.

J'affirme que notre fonctionnement idéologique peut être identifié (même par celui qui en est ^porteur), décrit, expliqué  par es réseaux de causes et effets individuels et sociaux souvent très enchevêtrés et pleins de contradictions.

Et, pour moi, , une activité humaine quelconque  peut être observée, décrite, expliquée (au moins de façon conjecturale) sous l'angle du fonctionnement idéologique .Dans la pratique, beaucoup de nos congénères ne parlent d'idéologie que dans les domaines religieux et politique.

Mais, par exemple, nos systèmes mo,étaires, constitués de symboles et de jeux symboliques, ont aussi leurs arrière-plans idéologiques.

Souvent, le fonstionnement idéologique devient cause de dysfonctionnements, de désastres, de crimes.

Nous avons la responsabilité d'en poursuivre l'étude, d'en tenir compte dans nos évaluatiàns et bilans. Et ce traail jamais achevé estcondition de l'amélioration de nos conduites au service de notre espèce et de son cadre de vie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.