adieu, Mutuelle!

Avec le départ à la casse de mon véhicule, je viens de dire adieu à la  MAAIF (mutuelle d'Assurance Automobile des Instituteurs de France), dont j'étais adhérent dpuis de début des années 1950.

Adhérent modèle, puisque:

-je n'ai jamais manqué de lire le bulletin d'informations tgrimestriem

-je n'ai été absent d'aucun vote pour l'élection du Conseil d'Administration

-il se trouve qu'en plus d'un demi-sècle, je n'ai jamais fait ml'objet du moindre PV (même pour stationnement abusif)

-je nai jamais eu d'accident (là, chance plus que mérite!)

Mais, pendant ce demi-siècle, la MAAIF  est devenue une société d'assurances, tout en conservant le nom de mutuelle. Avec ouverture d'adhésion au grand public, et avec multiplication de "services", "prestations", publicités...et souci affiché de rentabilité.

 

Si je n'ai pas coûté cher à la MAAIF, j'ai reçu beaucoup de la MGEN (Mutuelle Générale de l'Education Nationale  ,pôur les frais de san. J'y ai adhéré lors de ma première prise de poste, en 1945 . Et, depuis ma retraite, j'ai beaucoup plus reçu que cotisé. Mais la MGEN a suivi le même type de parcours que la MAAIF. Elle est devenue Compagnie d'assurances....tout en ne recevant que des fonctionnaires de lEN...et leurs familles.

Ceci n'est pas une fable...mais comporte, je pense, une "moralité"...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.