Je suis un praticien

La distinction-opposition entre pratique et théorie m'agace ,et le "singulier" de l'une comme de l'autre m'agace tout autant

J'ai enseigné ma longue  vie professionnelle durant. Je suis un "homme de terrain",,un praticien

Et il est arrivé qu'on me traite dédaigneusement d'"intello". En cherchant à comprendre pourquoi, j'en suis arrivé à pouvoir avancer un certain nombre d'hypothèses dont la portée dépasse de loin mon petit cas personnel.

J'ai commencé à enseigner en 1945...et continué jusqu'en 1995 :un demi-siècle, sans interruption. L'ai été amené à devenir formateur d'enseignants, ce qui m'a forcé à "prendre d'autres lunettes" sur l'enseignement. J'ai acquis, chemin faisant ,des grades et titres  dans le domaine des enseignements, scolaires, sportifs et associatifs..Et il m'est arrivé souvent d'être en même temps élève et maître, de pratiquer avec ceux auxquels j'enseignais .

Le point de départ de cette "double casquette" a été ma pratique du judo . Parce que, très  tôt, j'ai été amené à prendre en responsabilité la place d'un prof trop souvent absent...et parce que mes élèves adultes m'ont "pris en mains", pour m'obliger à monter en grade...à leur grande atisfaction.

Et mon métier de prof.d'EPS, enseignant à de grands adolescents et jeunes adultes, m'a fait prendre plaisir à prendre part à leurs activités (y compris celles d'élèves "du technique" :j'ai appris à me servir des machines...pendant vingt années).

Une santé robuste et un besoin d'hyperactivité ont été la première cause de cet itinéraire particulier.

Deuxième particularité: j'ai assuré des enseignements très divers. D'abord instituteur, puis maître spécialisé (CAEA) d'enfants "en difficulté, j'ai été aussi prof de français en collège (un an...), puis prof d'EPS dans le primaire, puis en collège, puis professeur d'Ecole Normale d'Instituteurs (avant les IUFM), et enfin professeur  en UFRAPS à ParisX Nanterre .En même temps, puis quelques années après ma retraite, chargé de préparation des candidats  du secteur Paris Est  au titre de professeurs diplômés d'Etat  de judo (épreuve de pédagogie) pour le compte de la Fédérations Française de  judo.

Et puis, j'ai pratiqué plusieurs activités sportives de loisir (chasse sous-marine, kite-surf, skate board) à un niveau modeste.... Curieux et vorace , avec peu de besoin de sommeil, une chance.

Et tout aussi vorace de lecture en tous genres, depuis mon enfance.

Praticien "multicartes", d'abord et surtout. Mais ma curiosité ne m'a jamais laissé tranquille. "Ca, ça marche...et si on change ce tout petit truc, ça ne marche plus. Comment ça se fait?" Et si j'essayais en changeant cet autre  tout petit truc-là? Et puis, enseigner et pratiquer en même temps, ça donne de nouvelles vues. Et, dans mes lectures, des "idées" apparaissaient. Quel rapport avec ce que je vivais chaque jour? Curiosité, toujours, plus sentiment de responsabilité :il y a peut-être des trucs que je n'ai pas vus. Comment se fait-il que le prestigieux Untel dise ça, comme ça? D'où concours internes, qui m'ont amené à mon doctorat...

Aujourd'hui, avec les moyens corporels perdus, j'ai plus de temps pour lire et réfléchir...Et ma conviction est que pratiques et théories sont inséparables.  Mais, souvent, on les isole ou même on les oppose.. S'organiser pour les varier et les confronter à des conditions nouvelles ,c'est passionnant et efficace.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.