A Luc de Belgique

Après un échange difficile, je pense qu nous ne devons plus encombrer deux "fils" de sujets très différents, où nous sommes des"gilets jeunes" bloqueurs de circulation...

L'ipséité , l'"être soi-même", peut traduire le fait que chaque particule, chaque onde, chaque force, chaque lieu, chaque objet, chaque être vivant est "unique", tel qu'il n'y en eut jamais, qu'il n'y en aura jamais, d'identique .Cela, nos sciences modernes en reconnaissent le principe ; ce n'est plus seulement un postulat philosophique.

C e que, souvent, l'on omet, , c'est que toute ipséité "évolue", se modifie au cours du temps., que tout est,  en même temps, "même" et "autre".Revoyons, Luc, notre vache. Elle fut "elle-même' dès la fertilisation de l'ovule maternel par un spermatozoïde.persistante dand son unicité au cours du temps. Mais, aussi, elle n'a cessé de devenir "autre" ovule fécondé, morula, anneau, puis "tube" devenant "axe multipke" digestif, respiratoire, nerveux, osseux. et, après sa naissance, cette même vache fut génisse, et ne devint "vache" qu'après avoir été fécondée.

Même, unique..et "autre", passant par une histoire qui à la fois accentue l'ipséité, et oblige à passer par des étapes communes à un grand nombre d'ipséités., des "différences catégorielles". A l foi "fixe" en "changeant sans répit", durable" et "d'instantanéités sitôt abolies"

Les philosophies, presque toutes, "optent", opposent des angles observables du réel, ou les hiérarchisent. Il me paraît,,Luc, que vous préférez la persistance, le non-changement..Position plus confortable pour notre affectiviuté, qui se sent "perdue" dans les changements évolutifs multiples, ibteractifs, imprédictibles.

A vous de me dire....

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.