dessiner, faire des noeuds...

j'ai lu des réflexions sur "le pianotage", sur "la commande vocale... Voici quelques remarques:

A lz réflexion, des activités comme dessiner, faire des noeuds, ce sont des moyens d'imaginer des interactions entre notre espace-temps universel, nos actions, et notre pensée. Le dessin, en deux dimensions ; les noeuds (et ;les sculptures, les modelages) en trois D. Notre espèce s'est deotée d'une multitude de "signes" qui rendent "visibles et interprétables" nos activités de pensée.

Et, aussi, nous permettent d'utiliser à notre manière ce que nous aurons dessiné-noué-fabriqué...etc.

Ce sont nos ancêtres lointains qui se sont livrés, les premiers,  à ces activités. de "figurations" On confond, parfois ,à tort, ces productions humaines de pensée, et des activités animales de "fabrication".  A débattre...

Des activités très différentes utilisent nos "signes" :artisanats, arts, communications, mémorisations "externalisées" n'encombrant pas notre cerveau , maths et sciences...

L'abandon progressif  de l'écriture  "dessinée", des manipulations diversifiées risque de rendre plus rare, et plus tardive dans l'enfance,cette activité de "mises en formes signifiantes". Devra-t-on se méfier de péremptions?

La vogue des jeux d'appuis sur touches va dans le même sens.

C'est de  la "supplémentation "richissime  du "signe", par rapport au "signal" , qui est proprement humaine , qu'il s'agit. Ici, dans le domaine visuel.

Comment ne pas s'apercevoir  que des activités analogues existent, dans le passage  du "vocal" au "langagier"?

Et, pour nous, le visuel et le sonore de l'univers des signes sont complémentaires, cumulables.

Nous avons conquis des pouvoirs sur l'espace et le temps, grâce à la pensée. Ne sous-estimons pas ses outils merveilleux, les signes et systèmes de signes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.