multiples et sous-multiples

Chaque jour nous bombarde , en ces temps de crise pandémique, économique, pôlitique, etc...d'informations, avec souvent des figure, chiffres, tableaux Deux mots, aujourd'hui, seulement à propos des unités, multiples et sous-multiples internationaux... Je me suis aperçu que j'en ignorais une partie

Surprise : un Y majuscule accompagnant un nombre en chiffres arabes ...Resurprise : ailleurs, un y minuscule ...C'est quoi?

Ben , le Y est un multiple de 10, dans le système décimal, donc. Il se lit  "yotta", et signifie "dix puissance vingt-quatre".Un yotta, c'est 1 suivi de vingt-quatre zéros...et ça s'appelle "un quadrillion". Et le y, c'est un "quadrillionnième", dix puissance moins vingt-quatre :zéro, virgule 'vingt-quztre zéros -un"

J'en étais resté à "puissance neuf",  le milliard ...et j'apprends que, de millle en mille fois plus,ou moins, (trois zéros)les multiples et sous-multiples s'appellent billion, billiard, teillion, treilliard, quadrillion...ou "billionnième", etc...Que les multiples sont "notés" par une majuscule latine: déca:D,,puis kilo(K), hecto(H(,méga(M), giga(G), réna(R),,péta(P), exa(E), zetta(Z). Et que les sous-multiples sont en minuscules latines ou grecques :! déci(d),centi(c), milli(m), ..et les mêmes "sauts"de trois en trois zéros de plus, jusqur'au "yocto", le quadrillionnième ...

Cà, c'est pour les "décimaux". Le "de dix en dix" a été adopté, d'abord parce qu'on a "compté sur ses doigts" (et on le fait encore), et que "dix" est divisible par1,2,5,10. ...mais le zéro aqa suscité des résistances (donner un nom à "rien"..et puis en faire un"plus" ou un "moins" décisif!!!); et  "la douzaine", la "grosse" (douze douzaines), à diviseurs 1,2,3,4,6,12 est encore là, et ,surtout, le "sexagésimal", à base 60 (diviseurs 1,2,3,4,5,6,60) est toujours là pour les angles (cercle, 360 "degrés")...et le temps (système bâtard jour, heure, minute, seconde...pis dixième, centième... et invraisemblable "calendrier", où rien ne "tombe juste", avec "bissextiles" et  "révisions"grégorien, julien,...)

Et puis, ,les mathématiciens se sont aperçus que tout ça n'étant que conventions,commodités , ont signalé qu'on pouvait "compter" à l'aide de systèmes numériques avec n'importe quel "modulo"...

Dans des pratiques multiples , on est allé jusqu'à d'invraisemblables sottises : utiliser les mêmes chiffres pour des "quantités"...et pour des "repères" sans divisibilité (températures), des "évaluations" sans valeur scientifique (l'inénarrable QI  "quotient intellectuel",de Binet et Simon)

Bon courage à ceux qui veulent pouvoir "lire", apprendre, comprendre!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.