qu'est-ce que l'intelligence?

Un mot très souvent employé, dans des conversations banales ou des débats philosophique, scientifiques, politiques, scolaires, artistiques, etc...et autour duquel bien des conflits se nouent

L'histoire du mot peut éclairer certains points du problème.. Il est apparu tard , au XIIè siècle.Les Anciens  voyaient l'humanité avec d'autres yeux que les nôtres.

Aristote distingue la "phronèsis", la capacité de résoudre des problèmes pratiques (qu'ils soient techniques, politiques, éducatifs, etc..), et le "noûs", la part divine de l'homme . En ceci, il s'oppose à son maître Platon , qui pense que tous les savoirs, tous les talents, toutes les capacités sont présentes chez le nouveau-né, mais masquées.Et la maturation du petit est "réminiscence",rééemergence".

"Intelligence" est linguistiqsuement  "latin"...mais pas de la Rome antique. C'est le latin des religieux et érudits du Moyen Age qui  l'a fabriqué. Etymologiquement, les "racines" en sont incertaines (interlegere, interligare, etc..???). De "comprendre", relier des savoi à "s'entendre" communiquer, les sens sont nébuleux. Vivre "en bonne intelligence", c'est être en paix, en compréhension mutuelle.

Ce sont d'abord,,les philosophes qui se sont intéressés à l'intelligence...et eux seuls, jusqu"au XIXè siècle. Depuis, des spécialistes de sciences, techniques, activités sociales diverses (politique, économie, scolarités,etc...) ont pris l'intelligence pour sujet d'étude.

Chez les philosophes, Descartes remarquait déjà que "l'horloge "sait" l'heure plus sûrement que nous"...sans ajouter que c'est nous qui avons inventé, fabriqué mis en fonctionnement,,réglé  l'horloge. Et, bien plus tard, Karl Marx remarque que l'homme dépasse l'abeille la plus habile, parce que lui "a déjà dans sa tête touts la ruche, avant de commencer à la fabriquer. C'est la notion de projet qu'il introduit ainsi...t qui dot ^rojet dit possibilité de "remanier", "renoncer", "changer d'avis", de liberté do.

Après le tournant du XIXè, siècle, les philosophes n'ont pas abandonné  leur exploration de l'intelligence. Ainsi, dans "L'évolution créatrice" Henri Bergson note que la vie semble avoir hésité entre deux faons pour elle de réussir: l'instinct avec une sûreté de l'action, qui garantit sa conformité..au modèle inscrit ...mais réussite ou échec pour la vie, de l'individu; et l'intelligence, moins sûrr, mais capable de remaniements et d'invention.

Les sciences et techniques n'ont cessé de produire idées et instruments.Aujourd'hui, depuis l"arrivée de l"URM, on peut étudier l'activité du cerveau à l'échelle du voxel (2 à 3 millimètres cubes), ce qui a permis de construire des ordinateurs munis du "deep learning", (auto-apprentissage)

Cybernétique, informatique ont produit des machines extraordinaires par leurs performances.

Ma position, à propos de l'intelligence :

-étudier l'intelligence sous un seul de ses aspects, c'est indispensable scientifiquement et techniquement..Y penser seulement ainsi, par "réduction", aboutit à des âneries, et à d'énormes dangers.

Dès la préhistoire, les inventions humaines ont été plus puissantes que l'animal humain ("donnez-moi un levier...").Mais il fait que l'homme vivant soit là pour les inventer, les fabriquer, les faire fonctionner. Voilà, pour les pratiques.

Et il est des auteurs pour affirmer que, très bientôt, , l'IA ("intelligence artificielle") dépassera l"intelligence humaine.. Et- c'est là que les âneries hi-hannent. Alfred Binet a dit: "l'intelligence, c'est ce que mesurent mes tests".Et le QI, et les indices de réussite scolaire, continuent leurs ravages, en dépit des innombrables constats de leur non-pertinence à propos de connaissance de l'intelligence.L'intelligence n'est pas isolable de la totalité de l'individu humain. Il faut circonscrire les emplois de produits d'une démarche "réductionniste" à leur domaine.de fiabilité.

Comment relier les savoirs de domaines différents, à propos d'un ,même objet : une nécessité ...et notre espèce sait encore très peu et très mal le faire. Parce que tout est, dans la réalité, lié, et interactif sous d'innombrables angles différents.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.