Paradoxes et contradictions

Dans le quotidien le plus banal,nous nous heurtons à, des "impossibles imparables.

deux exemples simples, pour lancer des échanges:

 

1. petits, nous avons appris que la suite des nombres "entiers" était infinie...puisque, à n'import quel nombre, on peut toujours ajouter 1. Mais cet infini-là des nombres entiers n'est pas ke seul, il y en a plusieurs, qui ne s'entendent pas entre eux. Pensez-y : tous les entiers ne sont pas des carrés (de nombres entiers :2,3,5,etc, ne sont pas des carrés.Mais, en même temps, à tout nombre entier, on peut faire correspondre son carré.A l'infini, aussi.

Autre os : les décimaux : en ajoutant un zéro "derrière la virgule", on divise un nombre décimal par dix .Et on peut continuer à l'infini d'écrire des "dixièmes", on n'arrivera jamais à zéro.

2.fabriquez un "anneau de Moebius" : collez entre elles les deux extrémités d'ub ruban de papier, après avoir opéré un demi-tour à l'un des deux "bouts" collés. Désormais, ce ruban n"a plus qu'un seul bord...et une seule 'face" (pas de "verso").On peut le vérifier en suivant, avec un crayon, "un" bord ou "une" face": il n'y aura rien de "non marqué".Avec un anneau sans torsion, on a bien deux bords et deux faces.

Beaucoup de choses et de faits "de tous les jours", banaux, réservent aussi des surprises. Notre monde , nous le "simplifions" avec nos yeux, nos oreilles, notre cerveau...

Et le monde du langage réserve , à qui le regarde d'un peu près, des surprises aussi renversantes...

C'est pourquoi nous devons, nous qui écrivons ici, être toujours patients, attentifs, exigeants envers nousè-mêmes...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.