avons-nous dépassé un point de non-retour?

Nos histoires de "fin du monde" n'ont pas d'âge. Mais y a-t-il eu, y aura-t-il une fin finale?

Que savons-nous de l'histoire de l'univers?

Les physiciens nous disent  que, de "rien", "tout" a émergé d'un coup et "évolue":

-de l'indifférenciation initiale, ,vers une diversité toujours croissante

-avec, dans un ensemble entropique, des îlots de nég-entropie, d'où une "somme nulle"

-de la non-structuration initiale à une "complexité" de structures, connexions,interactions toujours croissante ...avec des "retours"locaux et "temporellement situés"

-sur notre planète , en un "temps universel" court, de l'inerte au vivant :

    ° des composés azotés complexes

   ° des l'ARN, puis de l'ADN

   ° des acaryotes, puis des procaryotes, puis des eucaryotes.

Sans cesse, des "nouveautés" s'ajoutant  et interagissant. Et des "couples", des "pluralités" toujours plus  "chaotiques" (cf maths et Physique)

...° dernière "nouveauté" :apparition de homo sapiens, issu des innombrables interactions  d'"avant" ...et en conservant des "souvenirs actifs": un humaqin est eucaryote monocellulaire...et en même temps "pluri", "vertébré", "mammifère"...et "innovant" en tant que faber, socius, sapiens, loquens

Tant pour l'univers que pour notre planète : structurations (architectures, formalisations) et déstructurations, dans le décours de "fonctionnements" et le déroulement de "programmes"... et toujours en accélaration. Y aura-t-il un retour à une indifférenciation immobile, d'où surgirait une nouvelle bousculade de diversités inédites, d'interactivités inventives? Et ainsi de suiite...Serions-nous au "moment" d'une "disparition" (cf trous noirs, expansion...)

NB  A y bien regarder,"innovation", "transformation" ne sont pas "rupture": on peut découvrir des "intermédiaires",,des "précurseurs", des "variantes", pour chaque configuration des  "objets" et des "environnements".

 

 

What do you want to do ?

New mailCopy

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.