Gilets jaunes intermittent.e.s chômeur.euse.s précaires
Occupons! Occupons! Occupons!
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2019

Gilets jaunes aux Molières: ceci n'est pas une «prise d'otage»

Le 13 mai 2019, nous avons fait irruption sur la scène des Folies Bergère où se tenait la cérémonie des Molières et déployé une banderole sur la façade du bâtiment. Face aux nombreuses sollicitations médiatiques depuis lundi, nous avons décidé de nous exprimer à nouveau. Et de partager, à la fin de ce communiqué, la vidéo entière de cette action censurée par France 2.

Gilets jaunes intermittent.e.s chômeur.euse.s précaires
Occupons! Occupons! Occupons!
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous, Gilets jaunes intermittent.e.s / chômeur.euse.s / précaires, prenons nos décisions collectivement. Nous n’exprimons pas un point de vue personnel, c’est pourquoi nous avons décidé de répondre aux questions qui nous sont parvenues suite à notre intervention lors de la cérémonie des Molières, lundi 13 mai, sous forme de communiqué plutôt que sous formes d’interviews nominatives.

"26 Actes et toujours pas de Molière". Banderole déployée sur la façade des Folies Bergère lors de la 31ème cérémonie des Molières. © DR


Gilets jaunes depuis les premiers actes, présent.e.s tous les samedis dans la rue, nous nous sommes réuni.e.s en AG autour de nos conditions d’intermittent.e.s, chômeur.euse.s et précaires et avons structuré un cortège commun présent à chaque Acte, que nous invitons chacun.e à rejoindre. Nous avons envoyé des représentant.e.s à l’AG des AG des Gilets jaunes de Commercy et de Saint-Nazaire pour porter des revendications liées aux réformes sur l’assurance chômage (c'est quatre milliards d’économie que le gouvernement souhaite mettre en place sur trois ans). Pour l’instant, aucun accord n’ayant été trouvé entre les syndicats et le patronat, le gouvernement a donc repris la main. Nous avons décidé de porter, au sein des AG gilets jaunes, la question trop méconnue de l’assurance chômage. Nous avons aussi mené des actions, par exemple à la Chambre de Commerce et de l’Industrie de Bobigny lors de la visite de la Ministre du Travail Muriel Pénicaud. Et nous ne nous arrêterons pas.

Nous sommes structurellement confronté.e.s à la précarité. Nous savons que plus on précarise les chômeur.euse.s, plus on précarise les emplois. Et plus on touche au régime général, plus le régime de l’intermittence est fragilisé, par répercussion future. S’en émouvoir aujourd’hui, c’est faire comprendre au gouvernement qu’on ne précarise pas impunément les gens, et que nous ne sommes pas prêt.e.s à nous désolidariser les un.e.s des autres. Cet aspect de notre discours a été très peu repris par les médias, qui ont préféré ne souligner que le passage sur les coupes budgétaires dans les subventions de la culture. La lutte pour la sauvegarde de l'assurance chômage et du régime des intermittent.e.s n'est pas un détail, c'est une étape majeure dans le combat contre l’entreprise de destruction des solidarités menée par le gouvernement et le MEDEF. Dans ce pillage organisé, nous avons toutes et tous à perdre.

Il était très important pour nous d’être présent.e.s à cette cérémonie des Molières. Prenant acte de la tribune « Nous ne sommes pas dupes », et partant de notre envie de « gilet-jauner » le milieu de la culture, encore trop frileux face à ce mouvement, nous nous sommes présenté.e.s à vous, ce lundi 13 mai, au Théâtre des Folies Bergère. Ceci n’était pas une « prise en otage » comme l’affirme France Télévisions, mais simplement la prise d’un temps de parole médiatique qu’il nous aurait été impossible d’obtenir par la voie officielle. En attestent les sifflets et huées qui nous ont été retournés quand nous avons évoqué la politique répressive du gouvernement Macron qui empiète gravement sur nos libertés, dont celle de manifester. Il nous a paru important de faire entendre, dans ce lieu de pouvoir, une parole de résistance.

Les manifestants étaient venus décerner deux prix, un Molière d'honneur et un du déshonneur, en brandissant les véritables fameuses statuettes vêtues de gilets jaunes. © DR

Certain.e.s d’entre nous font partie du milieu du théâtre, alors nous avons voulu nous inviter à cette cérémonie, à laquelle certain.e.s ont déjà assisté et qui réunit beaucoup de têtes dirigeantes du milieu culturel. Nous ne sommes pas d’accord avec celles et ceux qui pensent que « ce n’est pas le lieu pour parler de ça ». Nous espérons que cette initiative permettra que le soutien du monde artistique aux Gilets jaunes puisse grandir et se développer.

Nous savions qu’il y aurait un différé de retransmission et que nous serions certainement coupé.e.s au montage, mais nous avons appris à compter sur nos propres moyens de communication. Nous ne pensons pas devoir demander d’autorisation officielle pour nous présenter devant un parterre de gens qui sont nos collègues de travail passé.e.s, présent.e.s et futur.e.s. Le champagne ne nous irrite pas la gorge, c’est l’individualisme de certain.e.s qui nous reste en travers. France 2, télévision publique, peut jouer de son pouvoir de censure, mais notre message est trop clair pour être ignoré.

En tant que Gilets jaunes, nous luttons pour plus de justice sociale, plus de justice fiscale, pour plus de démocratie, contre Macron et son monde. Et pas seulement dans le milieu de la culture, bien que nous évoluions dedans. Nous invitons le plus grand nombre à nous rejoindre, et à « gilet-jauner » cet été les festivals, lieux et événements qui préféreraient s’en passer.

Le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple.


Gilets jaunes intermittent.e.s / chômeur.euse.s / précaires

Le 15 mai 2019

Facebook / Twitter

Gilets jaunes aux Molières : la séquence entière censurée par France 2 © Gilets jaunes intermittents chômeurs précaires

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Fiscalité
Quand le Sénat américain ignore la grammaire des affaires
Impôt minimal pour les multinationales, taxe sur les rachats d’actions, contreparties aux aides d’État… même si le plan climat et le plan pour la lutte contre l’inflation adoptés par le Sénat américain ne sont pas aussi ambitieux qu’espéré, ils ouvrent des brèches dans des dogmes acceptés depuis des décennies.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck