La République En Marche... Arrière !

On vous aurait menti ?

Cela devient de plus en plus clair chaque jour : tout ce qui a été construit de notre République depuis l'après-guerre doit être démoli. Les retraites, les acquis sociaux, l'école, l'hôpital, tout doit disparaître selon une logique dont le bon sens m'échappe...

Le bon sens ?

Bon sang, mais c'est bien sûr et eurêka dans les baignoires !

Mon bon sens à moi, idiot que je suis, n'est pas le même que celui des marcheurs !

J'avais été abusé !

Cette façon de faire empruntée à James Brown — avant d'être reprise par Michael Jackson—  qui consiste à inverser l'ordre de ses pas pour faire croire qu'on avance tandis que l'on... recule, la voilà la vraie explication de ce phénomène jusqu'ici inexplicable !

Alors, tandis que le halo d'une lumière extrasensorielle et Divine m'entourait en m'encourageant sur la voie de la Vérité, les oreilles bercées par les paroles d'une chanson paillarde dont je ne me souviens plus  que par bribes (tu avances et tu recules, comment veux-tu, comment  veux-tu que je ....) me vint la solution, l'explication ultime, la délivrance.

Tout cela n'est qu'un simple quiproquo, une broutille, quasiment une bévue ancillaire.

Pour tout dire, un problème de mise en page, d'imprimerie.

C'est bête comme chou : " La République En Marche ", c'est long comme texte à mettre en page, très long sur un flyer... Tellement long qu'un élément essentiel a malencontreusement disparu des tracts, des écrits comme de tous les éléments fondateurs de cette vision d'avenir, tout ça parce que, à force d'agrandir la typo, la fin du texte s'est retrouvée... en page deux !

LREM n'a jamais été envisagé tel quel. Et puis ça faisait beaucoup trop La République d'Emmanuel Macron.

Non, le vrai texte était LREMA : La République En Marche Arrière !

No photo description available.

Ainsi, par la maladresse d'un imprimeur, nous assistons à l'incompréhension d'un peuple face à son honnête souverain.

Quel gâchis !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.