De quoi Ségolène Royal est-il le nom?

Nous y sommes. Vincent Peillon, un des soutiens historiques de SR, l’a déclaré; elle est fichue pour 2012. Et chacun de s’accorder sur ce point.
Que l’on soit fasciné ou désespéré par elle (les deux seules positions qui semblent exister, car SR est “clivante” , n’est-ce pas, on vous l’a assez répété…
Voilà pourtant, pour qui veut bien prendre un peu de recul, une fort mauvaise nouvelle pour notre démocratie.
J’en ai assez qu’on me dise ce qu’il faut penser de Ségolène Royal. Que tout le monde s’accorde à dire que la présidente d’une région française, diplômée de l ‘ENA, candidate désignée du PS, est une cruche, une bécassine, son mouvement « désirs d’avenir » une secte et ses soutiens des illuminés.
Je suis comme tout un chacun; je ne sais pas exactement qui est SR. J’ai pourtant tout essayé; l’adhésion dès la première heure à désirs d’avenir, les rencontres multiples avec les responsables de cette « association » , la lecture attentive de tous les médias, même une rencontre en tête-à-tête avec Ségolène elle-même lors d’une exposition d’art parisienne. Quel contraste d’ailleurs avec ce qu’on entend dire d’elle, quelle simplicité, quelle intelligence manifeste, quelle capacité d’écoute..Je suis tombé sous le charme, je l’avoue.
Le mystère Ségolène Royal n’est défini partout qu’en creux, en négatif si j’ose dire; Ségolène n’est pas socialiste, pas cultivée, elle n’a pas d’idées, pas de programme, aucune culture, etc….Unanimement rejetée, sauf par…Ceux qui l’ont élue candidate du PS…Puis ceux….qui ont majoritairement voté pour sa motion…Ces deux fois, il est clair que tout fut fait pour l’évincer à tout prix. Comment survit-on (politiquement, bien qu’humainement la question soit tout aussi valide) à cela???
Pour autant, une personnalité si unanimement rejetée ne peut être que digne d’intérêt, les diverses personnalités autorisées ayant si lamentablement et si constamment montré la complète obsolescence de leurs analyses.
J’ai pour ma part, un tout autre regard sur ce qui est en train de se passer, que je livre à votre médiapartienne réflexion.
SR a tout de suite été identifiée par tous, et en particulier par le staff de Nicolas Sarkozy, comme la seule adversaire réellement dangereuse. Et l’ignoble machinerie communicationnelle dont on commence à remarquer l’importance et l’efficacité s’est mise en branle. Une seule ligne de conduite, simple et claire, et pourtant si terriblement efficace; dire partout, dire nombreux, les plus grosses invraisemblances possibles. Il y a des faits, certains, il y a une histoire, écrite, et il y a, aujourd’hui, le recul indispensable. Quelques exemples.
1/ La bravitude
Que l’on puisse faire passer un jeu de mots pour une ignorance de la langue française, surtout de la part de partisans d’un homme qui allait vite montrer sont total désintérêt pour la syntaxe, n’est pas le moindre exploit.
2/ Le débat télévisé
On nous l’avait dit; tout allait se jouer sur la capacité de NS à ne pas perdre son sang froid. Que Ségolène hausse le ton, et voilà qu’on nous explique qu’elle a perdu l’élection. Il y a là pour le moins une rhétorique fragile, je ne suis pas loin de penser qu’appuyée lourdement par le relais des fameux « instituts de sondage » elle se soit transformée en manipulation de l’opinion.
3/ Les insultes (“elle a besoin d’un soutien psychologique” , “ elle a l’humanité d’un bigorneau” ,etc…)
Le procédé est simple; si l’on peut insulter quelque un avec une si inhabituelle violence, c’est bien qu’il doit y avoir une bonne raison.
4/ Le barrage médiatique
En résumé, si SR prononce un discours, on en retire une phrase, un mot, qui tourne en boucle sur les médias, et l’équipe de brouillage médiatique de l’UMP sur-réagit en petites phrases assassines. L’important, c’est que le fond de l’intervention ne passe pas.
5/ Le déni de démocratie.
La démocratie, c’est la libre circulation des idées. Le totalitarisme, c’est la pensée unique. Il est à mon avis très grave qu’on puisse ainsi en toute impunité priver une personne de son droit d’expression. J’aimerais vraiment entendre davantage Ségolène, pour me faire ma propre opinion. Pas vous?
Ségolène Royal, c'est peut-être le nom de la seule chance qui nous reste de sauver notre liberté d'opinion.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.