Silvagni
Abonné·e de Mediapart

78 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2011

MEDIAPART MEDIA A PART

Silvagni
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les soviétiques avaient coutume de dire avec leur humour déséspéré, qu'il y avait dans la presse soviétique deux grands titres: Istvestia ( les Informations) et Pravda ( La Vérité), mais qu'il n'y avait jamais d'isvestia dans la Pravda et surtout jamais de pravda dans les Isvestia...

Sans aller jusqu'à comparer la presse française avec la presse soviétique, quoiqu'elle soit aussi complètement prisonnière de l'Argent chez nous aujourd'hui que la presse russe l'était de l'Etat soviétique jadis, il faut bien reconnaitre que, comme son nom l'indique, dans le concert monocorde de la presse quotidienne française, Médiapart est un titre à part!

Pas seulement parce qu'il innove constamment depuis sa création dans tous les domaines canoniques de la presse d'antan (à laquelle Plenel a donné un sacré coup de vieux) à commencer par sa périodicité, voire son ubiquité liée à internet, l'incroyable modicité de ses abonnements rapprochée aux offres de ses concurrents de la presse papier etc.

Mais par dessus tout, parce que la conception, la ligne, l'éthique éditoriale de ce titre sont uniques et pour tout dire nouveaux dans ce pays: à la différence de la quasi totalité de tous les autres titres français, MEDIAPART n'est inféodé à nul milliardaire, marchand de canon, supposé mécène ou vrai autocrate. Et son indépendance financière que commence à lui apporter le soutien d'un nombre de plus en plus grand d'abonnés est le résultat mérité de son professionalisme et de son courage éditorial, ceci expliquant cela.

Le but avoué (!) de Médiapart est de fournir à ses lecteurs des informations, des informations vérifiées, des informations inédites - et inédites d'abord, le plus souvent, non parce qu'elles étaient ignorées, mais parce qu'elles étaient censurées par la presse elle-même, captive d'intérêts particuliers. Bien entendu, ces informations, longtemps retenues voire caviardées par la prétendue grande presse sont à chaque fois un véritable coup de tonnerre dans le ciel plombé d'une presse aux ordres et constituent ce que l'on appelle des scoops!

Résultat, la notoriété de Médiapart est en quelques mois devenue considérable, le titre lui-même étant devenu incontournable de par les constantes références des confrères institutionnels qui, courageux mais pas téméraires, s'avancent soigneusement protégés par ce parapluie bien commode, à la télé comme à la radio. Sans parler des quotidiens qui font semblant d'en rajouter un peu à la sauce - tout en se réclamant du travail de Médiapart.

En effet, qu'on passe en revue ( si l'on ose dire) les grandes informations et révélations sur les innombrables Affaires et scandales en tous genres, les conflits d'intérêt, et les trafics de toutes sortes qui caractérisent la France de Sarkozy, c'est presque toujours Médiapart qui a dévoilé, révélé, expliqué, ou encore fait ressortir des affaires largement censurées sinon purement et simplement enterrées: nous avons tous en mémoire les Karashi, Bettencourt, Woerth et autres Clearstream, qui font d'ores et déjà école chez une nouvelle génération de journalistes.

Bref, mis à part Médiapart, on ne voit aucun titre qui s'expose ainsi à tous les risques et à tous les mauvais coups pour respecter un engagement journalistique qui exige à la mesure même de la gravité et des conséquences des informations et des affaires ainsi révélées, d'être en tous points irréprochable. C'est dire combien sont nombreux et redoutables les ennemis que sa réussite éditoriale vaut à Médiapart, à commencer par tous les faux-culs et bienpensants de droite comme de gauche que les informations de Médiapart dérangent, et sans oublier les affairistes et politiciens véreux qui ont tout à redouter d'une presse qui soudain ferait son métier sans concessions ni connivences: et cela fait du monde.

On comprend mieux dès lors pourquoi le dernier scoop de Médiapart sur le foot français soulève tant d'espoirs chez les partisans de l'injustice établie, prompts à s'indigner que les sources de ces révélations passent par un verbatim laissant deviner la présence d'un enregistreur lors de la réunion concernée: horreur, y aurait-il quelque majordome félon à la FFF?

Au sein même des "commentaires" des papiers de Médiapart sur ce sujet s'élèvent déjà les insinuations sinon les accusations d'espionnage, de procédé "déloyaux" sinon illégaux, les espoirs mal dissimulés de quelques poursuites à venir si les informations n'étaient pas vérifiées et vérifiables, bref l'habituelle litanie malveillante des quelques normosés de service qui n'iront pas, hélas, jusqu'à nous priver de leur présence.

Reste bien sûr l'inquiétude de tous ceux qui soutiennent Médiapart par leurs abonnements, de la voix et du geste, devant tous les périls auxquels s'expose cette grande équipe, en cette période de plus en plus irrespirables de pré-campagne, quand déjà tous les coups bas semblent permis aux habituels malfaiteurs, qui ne rêvent que de flinguer le bel oiseau.

Et le risque, toujours présent à l'esprit des lecteurs dont je suis, de voir jamais Médiapart se laisser emporter par quelque course au scoop en travaillant sans filet: au point d'exaspération où en sont les autorités sarkozystes, on voit bien qu'en se loupant sur le détail le plus infime, celui-ci serait immédiatement brandi comme preuve définitive d'incompétence par ceux-là même qui font aujourd'hui à Médiapart, dans les salons parisiens, les compliments forcés du vice à la vertu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix