Construction d'un Grand Théâtre à Toulouse en 1920, oublié dans des cartons.

Construction d'un Grand Théâtre, d'une salle d'exposition et d'un salon d'art à Toulouse. Le projet fou d'A. MIGNONAT, sous-ingénieur principal des Ponts et chaussées.

 © Gilles Lacoste © Gilles Lacoste
La loi du 14 mars 1919, concernant les plans d'extension et d'aménagement des villes, imposait à la ville de Toulouse l'obligation d'établir dans un délai maximum de trois ans :

 

1° Un plan qui fixe la direction, la largeur et le caractère des voies à créer ou à modifier, détermine les emplacements, l'étendue et les dispositions des places, squares, jardins publics, terrains de jeux, parcs, espaces libres divers, et indique les réserves boisées ou non à constituer, ainsi que des emplacements destinés à des monuments, édifices et services publics.

2° Un programme déterminant les servitudes hygiéniques, archéologiques et esthétiques ainsi que toutes les autres conditions y relatives et en particulier les espaces libres à réserver, la hauteur des constructions.....

3° Un projet d'arrêté du Maire, pris après avis du conseil municipal, et réglant les conditions d'application des mesures prévues au plan et au programme..

 

Ces dispositions impératives transformeraient en règle inéluctable ce qui pour Toulouse était depuis longtemps déjà une nécessité de première ordre  : son extension et plus que jamais, la décongestion des quartiers centraux s'imposait. C'est alors qu'A. MIGNONET,  sous-ingénieur principal des ponts et chaussées, s'éprend d'un projet fou. Construire un Grand Théâtre, une salle d'expositions et un salon d'Art dans le quartier de la place du Salin, en bordure du monument des Tribunaux. Place au passé macabre puisque les condamnés à mort étaient exécutés à cet endroit. L'embellie était de mise pour oublier certainement, cette période historique peu glorieuse de la Place.

Plan Cavalier. © Gilles Lacoste Plan Cavalier. © Gilles Lacoste

 

Malheureusement, ce projet magnifique ne vit jamais le jour. Il restera dans des cartons sous la poussière du temps. Maigre consolation,  A. Mignonat, eut le désir et la magnifique idée de créer une esquisse.

Merci pour la mémoire et pour notre plus grand plaisir, sans oublier notre regret. 

Vue sur le Théâtre prise du centre de la Place du Salin transformé. © Gilles Lacoste Vue sur le Théâtre prise du centre de la Place du Salin transformé. © Gilles Lacoste

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.