gilleslacoste67
Comédien, Metteur en scène. Passionné par la photographie.
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 juil. 2020

À la mémoire des républicain•e•s Espagnol•e•s- - Réparation, justice et vérité.

Un jeudi. Un de plus, depuis tant d'années. Madrid, sur "La Puerta del Sol". Point zéro des routes espagnoles (Kilómetro cero). Un mouvement circulaire, autour du monument au roi Carlos lll, va commencer.

gilleslacoste67
Comédien, Metteur en scène. Passionné par la photographie.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la mémoire des républicains Espagnols. © Gilles Lacoste

Un jeudi après-midi, la chaleur écrasante nous enveloppe comme une cloche de plomb. La Puerta del Sol, haut lieu du tourisme à Madrid, accueille comme tout les jours des milliers de badauds et de Curieux. 

Quelques personnes, ça et là, bardées de drapeaux, de banderoles et autres pancartes, commencent à se fondre dans la foule. Un frémissement de slogans, commence à être lu et entendu : " À  la mémoire des républicains Espagnols assassinés - Réparation, justice et vérité. " Finalement, quelques 200 descendants de victimes se sont donnés rendez-vous. , une dame s’approche en tendant un tract : “Toutes les semaines depuis 9 ans je viens ici. Si tu veux revenir nous voir, on est là tous les jeudis, au même endroit, de 19h à 20h, et de 20h à 21h l’été parce qu’il fait trop chaud sinon." On y lit : " Plateforme contre l’impunité du franquisme”.

La dame dressée fièrement, en tenant d'une main ferme sa banderole, reste sévère, face à la "Casa del Correos" (La maison de la Poste), symbole de pouvoir et, qui plus est, une prison franquiste (la DGS) durant ces années noires de la guerre civile.

Pancartes réalisées à partir de collages d’articles et de photos, de banderoles et drapeaux aux couleurs de la République à la main, le cortège défile en faisant plusieurs fois le tour de la place, avec pour fond sonore L’Internationale en répétant :“Ni oubli, ni pardon” . La plupart des participants ont atteint les soixante-dix ans, au moins. Tous ont connu la dictature, ont grandi sous le régime, et sont enfants ou petits-enfants de victimes du franquisme. Un homme tient une pancarte avec la photos de son grand-père. 

Réparation, justice et vérité. © Gilles Lacoste

Il nous explique : “Là c’est mon grand-père, j’avais 9 ans quand ils l’ont assassiné d’une balle dans la tête.”Ce combat qu’ils mènent, c’est le combat d’une vie pour s’assurer que ceux qui ont perdu la leur obtiennent enfin justice. Car le sentiment qui les unit tous, c’est celui de l’injustice.

Ils ont paralysé notre âme. © Gilles Lacoste

"Cette blessure indélébile. Au plus profond de mon être.
Ils nous ont assassiné.
Une morsure mortelle, dans notre chair.
Ils ont paralysé notre âme."

 “Nous sommes victimes du silence de nos parents et responsables de l’ignorance de nos enfants” conclu un homme. Le poids du silence qui a été pendant des décennies celui de la société espagnole est devenu pour eux trop lourd à porter. Ils ont beaucoup de choses à dire, racontent leur histoire et leur combat à qui veut bien les écouter. Pourtant ils se sentent invisibles, inaudibles.

Malheureusement, nous sommes invisible. Mais le combat continu. © Gilles Lacoste

Ces rassemblements du jeudi à la Puerta del Sol n’ont depuis longtemps plus aucune résonance dans les médias. Sur la place, beaucoup de passage mais aucun journaliste, personne pour relayer ces témoignages et la crainte de la part des manifestants que la mémoire de leurs proches tombe dans l’oubli.

La mémoire ne fait-elle pas partie du patrimoine universel, pour que nous restions éveillés et ne plus reproduire les erreurs de la haine et de la faiblesse humaine..?

© Gilles Lacoste

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP