L'Espagne veut criminaliser l'organisation en ligne de la protestation sociale.

ACTA - pour mieux comprendre © HawkEyeHD
ACTA - pour mieux comprendre © HawkEyeHD

Le ministre de l'intérieur espagnol veut ajouter au code pénal un délit consistant en « tout appel à participer à une manifestation violente via Internet serait considéré comme un délit d’intégration à une organisation criminelle». «Le retweet d'information d'une manifestation considérée comme violente deviendrait ainsi passible de 2 années d'emprisonnement en Espagne», précise Internet sans frontières.

Lu sur Médiapart.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.