mot de passe oublié
11 euros par mois

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile disponible sur Android et iOS.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 1 mai 2016 1/5/2016 Édition de la mi-journée

: Révélations sur Bernard Squarcini : livre "L'espion du président. Au coeur de la police de Sarkozy"

© KAIZERSTREAMING
© KAIZERSTREAMING

 

© KAIZERSTREAMING

 

 

 

 

 

Le livre "L'espion du président" revient sur les coups tordus, manipulations et mauvaises fréquentations du patron du renseignement français en exercice.

C'est l'homme le plus secret de France, Bernard Squarcini, le directeur central du renseignement intérieur. Pour la première fois, des journalistes ont enquêté sur un patron du contre-espionnage encore en activité. Cette semaine, Le Point publie, en exclusivité, les extraits du livre L'espion du président. Au coeur de la police politique de Sarkozy (1). Pendant un an, deux collaborateurs du Point et un journaliste du Canard enchaîné ont plongé au coeur du plus puissant service de renseignements dont s'est jamais dotée la France. La DCRI et ses 4 000 fonctionnaires. Ce "FBI à la française" voulu par Nicolas Sarkozy, qui fusionne les renseignements généraux et la DST, la Direction de la surveillance du territoire, a été créé avec une promesse : en finir avec les cabinets noirs, les manipulations et les coups tordus.

C'est tout le contraire que l'on découvre à la lecture de leur enquête. Dès sa création en juin 2008, l'outil a été dévoyé au profit d'un clan. Une dérive rendue possible par l'extrême proximité de son patron, Bernard Squarcini, avec l'Élysée. Mais aussi par la cloche du secret-défense qui permet de tenir à distance magistrats ou journalistes trop curieux. Les troublantes fréquentations du "Squale", comme on l'appelle, "l'homme qui sait tout et qui veut tout savoir", selon sa formule, sont elles aussi passées au crible. En octobre 2011, Bernard Squarcini a été mis en examen pour "atteinte au secret des correspondances" dans l'affaire des fadettes du journal Le Monde.

Lu sur le Point.fr

http://www.lepoint.fr/societe/exclusif-revelations-sur-squarcini-espion-de-sarkozy-18-01-2012-1420572_23.php

Questions des parlementaires à l'Assemblée Nationale

Les Questions au Gouvernement : séance du mercredi 25 janvier 2012

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Si on colle le lien de votre billet dans Facebook, on tombe sur un billet sur l'éducation. C'est bien vérouillé comme dispositif. De la censure informatique de grande qualité, subtil mais efficace. Cette manière de freiner la libre dissemination sur internet des information que l'on considère malvenues ou compromettantes n'est pas seulement anti-démocratique, mais très certainement illégale. On constate souvent le même "phénomène naturel" pour des liens pointant vers des articles critiques à l'encontre de Nicolas Sarkozy.

ou comment freiner la dissémination sur internet des informations compromettantes ou comment freiner la dissémination sur internet des informations compromettantes

 

Une plainte est-elle possible à ce sujet ? (On plaidera, bien sûr, l'"erreur technique", mais "erreur" il n'y en a pas.)...

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et découvrez notre nouvelle application mobile.
Je m'abonne