Fraude fiscale: Hervé Falciani l'homme qui fait trembler la planète veut témoigner devant les instances européennes

En direct de Mediapart : l'évasion fiscale, sport... international © Mediapart
En direct de Mediapart : l'évasion fiscale, sport... international © Mediapart

Fraude fiscale: l'homme qui fait trembler la planète

A l'heure de la polémique Cahuzac, L'Express rouvre un autre dossier de comptes en Suisse: ceux des milliers de contribuables, français et étrangers, dont Hervé Falciani, ex-employé de la banque HSBC, a fourni la liste à Bercy en 2009. Aujourd'hui détenu près de Madrid, il accuse Paris de l'avoir "lâché" dans cette affaire à l'onde de choc mondiale. Enquête.

 

Les listes transmises en France ont été caviardées"

L'onde de choc dépasse le cadre européen. Ainsi, selon nos informations, les autorités américaines ont entendu l'informaticien pendant huit heures, en juin dernier, à Paris. Engagées dans un bras de fer avec HSBC, elles cherchent à savoir s'il existe un système destiné à rendre opaques les transactions financières au sein de la banque.  

La mémoire de l'une des plus grandes banques du monde. 

Falciani se propose justement de décrypter le shadow banking, un marché financier parallèle dont les activités off shore et parabancaires, le hors-bilan (comme les funestes subprimes) et les produits dérivés constituent les ressorts, une "finance de l'ombre" qui transforme la planète en casino et facilite le blanchiment d'argent sale.

Pour Me Rizzo, "Hervé Falciani est la mémoire de l'une des plus grandes banques du monde. Et il conviendrait qu'il soit libéré au plus vite pour qu'il puisse s'expliquer". "Il souhaite témoigner devant les institutions européennes et internationales", prévient, de son côté, Me Bourdon.

Et ce n'est pas tout. Par le biais de son avocat parisien, l'ancien employé de HSBC porte une grave accusation contre les acteurs français de l'époque : "Les listes transmises ont été volontairement caviardées, des noms ont été enlevés, dans un processus de confiscation de la vérité."  

Jusqu'ici, la France s'est, en tout cas, montrée beaucoup moins curieuse que les Etats-Unis. Elle s'est contentée d'une juteuse - et confidentielle - kyrielle de redressements fiscaux. En ce qui concerne le volet pénal, L'Express est en mesure de révéler que la justice, qui détient pourtant l'intégralité des documents HSBC, n'enquête plus que sur... 12 cibles, soupçonnées de blanchiment d'argent sale. Et encore, tout indique que ces investigations sont au point mort.

Aucun juge d'instruction spécialisé n'a été désigné par le parquet de Paris. L'affaire a été enterrée. Comme si on avait voulu éviter d'exposer au grand jour la "liste Falciani".

 L''Espagne, elle, est confrontée à un dilemme, car son administration fiscale lui doit beaucoup. Sur la base de la "liste Falciani" transmise par Paris, elle a en effet engagé "la plus grosse opération de régularisation dans l'histoire de la collecte des impôts", selon l'expression de l'ancien secrétaire d'Etat aux Finances et au Budget Carlos Ocaña.

Elle n'est pas la seule. Dans une Europe frappée par la crise, les révélations de l'informaticien n'en finissent pas de provoquer des réactions en chaîne, de la Grande-Bretagne à l'Allemagne, de la Belgique à l'Italie.

En Grèce, le magazine Hot Doc a provoqué un séisme politique en publiant la liste de 2 059 titulaires de comptes que les gouvernements successifs sont accusés d'avoir délibérément enterrée.

 

Pour lire la suite par ce lien

http://www.lexpress.fr/actualite/enquete/fraude-fiscale-l-homme-qui-fait-trembler-la-planete_1197763.html

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.