glorieux
Frédéric Glorieux, mortel jovial
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 janv. 2018

Je veux plus de concorde pour la France

Emmanuel Macron, le Chef Exécuteur Officiel (CEO) des droits sociaux et de la Transformation Nationale, s’est adressé hier au pays pour lui communiquer sa vision et son projet : Renaissance. Mais les citoyens de cœur ont aussi entendu les doutes qui assaillent le premier de la cordée. Il est déjà au sommet, comment aller plus haut ? Il ne lui reste plus que l’avenir, et les incertitudes…

glorieux
Frédéric Glorieux, mortel jovial
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Macron 2017-12-31 : je veux plus de Concorde.

Mais d‘abord, lisez sa parole.

À nous, fidèles de la première heure, EM! a fait une confidence : «j'ai pu constater dans notre pays ces miracles de solidarité, d'engagement et d'enthousiasme ; c'est de cela dont j'ai besoin». Manu regrette notre ferveur et notre amour lorsque nous le portions. Il est triste, trop de gens ne l’aiment pas. La démocratie est une épreuve pour lui. Il a fait don de sa personne à la France, il souffre avec et pour elle, et pourtant il reste des ingrats. Il pourrait, comme son collègue américain, n’écouter personne d’autres que ses amis et ne gouverner que pour eux, mais Manu s’est donné tout entier au pays, même à cette part qui souffre, et qui fait parfois souffrir, parce qu’elle doute de l’Avenir. Cette part sombre de nous et en nous, il lui donne encore et toujours une chance avec un nouveau projet de transformation et de conversion : Renaissance–Concorde.

N‘attendez plus les allocations, «demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour le pays» et la Croissance. Il y a beaucoup de petits gestes simples qui peuvent désentraver le profit de ses charges. Par exemple, nous pourrions tous faire le don d’un jour de congé payé à notre employeur. C’est le ruissellement du bas vers le haut, où chacun apporte sa contribution pour faire monter l’action en bourse de nos champions nationaux. Et pour les entreprises étrangères, c’est un message aux investisseurs, les français aiment l’Entreprise. Pour les agents du service public, vous n'êtes pas aimés, ce serait un premier pas pour reconquérir le cœur du contribuable qui souffre pour vos privilèges. C’est en replongeant dans les moments sombres, et surmontés, de notre histoire, que nous trouverons l’Union Sacrée du Capital et du Travail pour vaincre la guerre économique.

«J’ai besoin qu’ensemble nous ne cédions rien […] aux sceptiques» nous dit-il. Le scepticisme est le vice qui nous mine. Pour les meilleurs d’entre nous, c’est une vertu intellectuelle, mais pas pour tout le monde. Nous ne sommes pas tous assez forts pour supporter la solitude de penser par soi-même, il faut laisser cela à notre élite, justement sélectionnée par nos institutions. Et aux égarés qui pensent avoir des idées, «j'expliquerai notre situation et la réalité de celle-ci» dit encore EM! «Toujours j’écouterai […] et toujours à la fin, je ferai». Sceptiques, syndicalistes, gauchistes, écologistes, rationalistes, vous serez écoutés aussi longtemps que vous en avez besoin, avec pédagogie et compassion ; mais cela ne servira à rien. Le débat freine l’efficacité de celui qui sait la réalité.

Emmanuel a envoyé un dernier signe à ceux qui entendent. Son prénom veut dire «Dieu est avec nous», c’est aussi le nom du messie, l’élu distingué par l’onction qui porte le message. Sans le vouloir et en ne suivant que son propre destin, il retrouve le Chemin et la Vie. Nous qui lisons les signes entre les lignes, nous sommes inquiets, parce que le premier de la cordée est sur le mont des Oliviers. Il doute pour la première fois de sa mission : «il y aura des difficultés, il y aura sans doute des choses que nous n'avons pas prévues». Que pourrait-il n’avoir pas prévu s’il sait la réalité ? C’est la première des 14 méditations du dernier chemin de la croix de Saint Jean Paul II, Évangile selon saint Luc 22, 42, «Éloignez la coupe de ces souffrances qui viennent». Le Chef Exécuteur Officiel (CEO) de la République, avec ses services et son intuition, en sait plus que nous ne pouvons en supporter et veut nous préparer. Au printemps, autour du 30 mars 2018 (vendredi saint), il va se passer quelque chose de grave. Préparons nous au 13 autres stations avant la Renaissance, soyons unis, avec lui et pour lui, et en même temps.

Concorde, une théorie des fins dernières.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Zemmour, un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie