Est-ce la personne, ou la fonction, qui est sacrée en démocratie ?

Personnes sacrées et fonctions abîmées, revue de presse pour «association d'idées», vendredi 19 octobre 2018, 18h30, café Le Polder, Hellemmes-Lille.

Allocution présidentielle, 2018-10-16 Allocution présidentielle, 2018-10-16

La revue de presse est un exercice politique ancien, «la lecture du journal est la prière laïque du matin» disait Hegel. Les journalistes ont depuis l'habitude de se reprendre mutuellement, la radio fait la revue du papier, le papier parle de la télé, et la télé rapporte les réseaux sociaux. Bref, dans le média global, difficile de manquer une actualité. Mais à quoi bon répéter ce qui s'oublie ? Pour ce premier café-débat d'association d'idées, on ne va pas s'indigner ou buzzer, mais chercher les faits encore frais à la mémoire, dont on peut tirer une leçon pratique qui durera plus que quelques jours.

France, 2017, photo présidentielle officielle France, 2017, photo présidentielle officielle
Mardi 16 septembre 2018, monsieur le président Macron de la République Française est en baisse de popularité, il ne change rien à son programme de «déconstruction», il a procédé à un remaniement ministériel, puis s'est adressé à son peuple. Ce qu'il a dit n'a pas d'intérêt, le message est dans l'éclairage. L'image ci-dessus force un peu le contraste et montre un choix paradoxal. Contrairement aux photos habituelles, solaires, le chef de l'État s'est enregistré dans une séance parait-il compliquée, avec un éclairage venant de derrière. Il en résulte que le plus visible, ce n'est pas la figure, mais le décor.

Marine Le Pen a voulu y voir le crépuscule d'une présidence, cela semble plutôt annoncer des heures sombres. Fini le soleil, on est dans la Drôle-de-Crise, en attendant la débâcle des marchés. Le climat, la bourse, la politique, tout le monde sent que la période est volatile, mais ce qui est désagréable avec le présent, c'est qu'on ne connaît jamais la fin de l'histoire. Le président, uniquement occupé par son aventure narcissique, n'est pas éduqué à l'histoire, mais à la Technocratie. Pour foncer plus d'«efficacement» dans le mur, il avance la pendule des heures sombres, en politisant la justice.

Fillon, Le Pen, et maintenant Mélenchon, ce régime est arrivé au pouvoir en utilisant la machine judiciaire pour réduire le crédit médiatique de toute opposition politique. Cela ne fait peur à personne, on ne supprime pas 60 à 80% des électeurs avec des images. Les véritables victimes de ces manipulations sont le crédit de la justice, des médias, et des politiques. Ces bricoleurs de l'histoire auront abîmé des institutions qu'ils n'ont pas comprises, il va falloir tout remonter après eux. En attendant, est-ce que les opposants ont toujours les bons réflexes ? Pas toujours.

Mélenchon : « Personne ne me touche, ma personne est sacrée ! » © Actualité 24

Personne ne me touche, ma personne est sacrée (J.-L. Mélenchon, 2018-10-16)

À peine nommé, le nouveau ministre de l'intérieur s''est illustré mardi 16 octobre au matin par une opération de contre-terrorisme (100 policiers mobilisés), pour perquisitionner le domicile de Jean-Luc Mélenchon, ainsi que ses bureaux et une dizaine de collaborateurs. Trafic de drogues ? Armes cachées ? Non, divergence politique d'interprétation sur l'usage qu'un élu peut faire de l'argent et des emplois qui lui sont alloués. Dans l'énervement, Mélenchon a eu une parole intéressante, et peut-être maladroite : « ma personne est sacrée ».

Le philosophe Marcel Gauchet, sur France culture le jeudi 18 octobre 2018, prévoyait de présenter son dernier livre : Robespierre, l'homme qui nous divise le plus. Taquin comme à son habitude, le journaliste Guillaume Erner demande au philosophe ce qu'il pense de cette phrase de Mélenchon, « ma personne est sacrée ». Le philosophe a fait une distinction importante : « ce qui est sacré dans un représentant, c’est sa fonction, s’il met sa personne au-dessus de sa fonction, il désacralise cette fonction ». Chacun est égal en sa personne, c'est une fonction qui peut nous donner des droits (et des devoirs) supplémentaires. La « personne sacrée » est une formule maladroite qui revendique un privilège monarchique. Mélenchon se donne ici dans une proximité symbolique très incommode avec Macron.

2018-10-17 Un jeune qui a posé avec Macron à Saint-Martin arrêté pour possession de stupéfiants 2018-10-17 Un jeune qui a posé avec Macron à Saint-Martin arrêté pour possession de stupéfiants

Macron n'a pas le même rapport au corps que Mélenchon. Lors d'un déplacement sur l'île de Saint-Marrtin, le 1er octobre 2018, monsieur le président de la France s'est livré à une étrange séance photo avec des jeunes gens peu respectueux de sa personne, dans un contact physique qui ne semblait pas le gêner. «Macron s'est fait avoir comme un lapin de 6 semaines» dit son ex-garde du corps Benalla, ajoutant, «avec moi, cette photo n'aurait jamais pu être prise». Le comique Fabrice Éboué, qui a partagé sa scolarité avec le futur président dans un lycée privé d'Amiens, expose son incompréhension avec amusement. Peu importe les mœurs et les vices privés de cet énarque, mais il privatise une fonction publique, celle de chef de l'État. Sa personne abîme la fonction, tellement que plus personne ne voudra de ce costume, et tant pis pour la 5e république.

Fabrice Eboué: «Dès que Macron voit des noirs torse nu, il s'émoustille» © La vraie démocratie

Macron et Mélenchon ne devraient pas incarner, mais représenter. Il y a toutefois une différence de circonstances. Le député de gauche a réagi dans l'énervement, il n'était pas protégé par des communicants ou un service d'ordre. Remarquons que les critiques de la majorité s'acharnent sur la personne de Mélenchon, probablement caractérielle et peut-être un peu imbue d'elle-même. Mais elles ne comprennent pas que les gens n'aiment pas les réactions de l'élu, mais à travers sa personne, ils auront vu la routine des pratiques policières. Une fois de plus, le tribun aura fait de l'agitation à des fins d'éducation politique : on ne fera pas comme lui.

Pour nous simples citoyens, parfois militants, nous en retenons que les droits de la personne sont de moins en moins sacrés dans cet état de basse intensité démocratique (7/10 selon the Economist, en baisse depuis 2017). Pire, notre fonction, par exemple syndicaliste, peut être la cause d'atteintes à notre personne. Venez nombreux samedi 20 octobre 2018 18H, à la bourse du travail de Lille Fives, contre la répression des syndicalistes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.