Le complot des conspis pour discréditer les vérités qui dérangent…

Le docu-menteur Hold-Up ressemble à la télé, en plus long et pour moins cher. Il utilise les mêmes procédés de dramatisation : musiques angoissantes, confidences sur fond noir, et le témoin décisif, flouté, la voix trafiquée, comme un policier. Ça ne peut pas être un hasard… ils sont de mèche avec la domestication spectaculaire des masses.

hold-up

Le docu-menteur Hold-Up est long, presque 3h, c’est après 2h que les insinuations et les comme par hasard arrivent à la thèse finale : les élites capitalistes mondiales utilisent trop bien l’épidémie actuelle de Covid19 pour qu’ils n’aient pas cherché à produire un tel virus. Il est vrai que les ratages sont assez consternants. Pourquoi enfermer les gens, produire une crise économique majeure, et de grands troubles psychologiques, pour une surmortalité principalement parmi les personnes âgées ? C’est tellement mystérieux que des chercheurs (sur internet), espèrent une explication simple ; ils négligent souvent le plus plausible, un faisceau complexe de hasards, de bêtises, d’improvisations, et de corruptions.

Beaucoup de journalistes dénoncent Hold-Up, il lui reproche d’employer les mêmes procédés qu’eux, et notamment l’effet Koulechov identifié dans le montage au cinéma. Si on présente le visage neutre d’un homme, le spectateur ne pourra pas s’empêcher d’en interpréter une émotion, selon qu’il regarde une assiette, un mort, ou une jolie femme. Les images rendent visibles un fonctionnement majeur du cerveau, qui concerne aussi le lien entre une musique et des images, ou encore, entre les phrases. L’esprit cherche une ligne, une cohérence, une intention. « Je dis ça, je dis rien [je ne peux pas être attaqué en justice] ; mais je ne peux pas vous empêcher de penser ». Hold-Up abuse des silences qui en disent long, laissant le spectateur conclure. Il faut le regarder comme une parodie d’investigation, qui se moque de tous les tics narcissiques et émotionnels des journalistes qui se prennent pour les héros de l’investigation dans les réseaux sociaux.

L' EFFET KOULECHOV - VARIATIONS © Mediacriticothèque de l'En Dehors

Ce docu-menteur utilise aussi l’effet sifflet à chien des républicains américains, qui créent une connivence avec un public blanc autour de mots entendus autrement que le sens commun, par exemple université équivaut à « privilège d’accès aux sportif noirs » (victimes souvent visées par les tueries de masse), tandis que les petits blancs n’ont pas les moyens d’y entrer. Jean-Marie Le Pen a massivement employé ces insinuations racistes, tout en échappant longtemps aux procès, par exemple, « Patrick Bruel, né Patrick Benguigui… ». Hold-Up est une compilation de tous les mots clés à succès en ce moment, par exemple : Bill Gates, 5G, vaccins, reset, monnaie électronique… Le procédé permet de ne pas effrayer le candide, de renforcer les initiés, et de recruter ceux qui veulent en savoir plus. Les techniques psychologiques des confréries secrètes sont aussi vieilles que les mythes.

Hold-Up contribue à la conspiration politique, dont Trump est la figure symbolique, pour corrompre le bon sens. Les masses inquiétées par ce docu-menteur et ne sachant plus à qui se vouer sont préparées à la croyance en un Sauveur. Les producteurs de Hold-Up (c’est un produit, pas une œuvre), sont peut-être de bonne foi et manipulés à leur insu, mais ils servent à laver le cerveau de l’internaute pour qu’il perde l’instrument de sa raison. Le but est de couper l’individu de tous ses réseaux habituels de discussion et de réflexion, pour en faire un zombie prêt à croire.

Si en entendant quelqu’un vous avez l’impression que vous avez été manipulé toute votre vie et qu’enfin vous ouvrez les yeux sur la vérité, vous êtes exactement en train de les refermer sur vous-mêmes, de façon à devenir dépendants de la compagnie des zombies qui souffrent du même mal. La santé de la raison, c’est aimer la compagnie de ceux qui ne sont pas d’accord avec vous, parce que vous en apprenez toujours plus que de ceux qui pensent comme vous, même si c’est un peu plus sportif et parfois douloureux.

Cependant le succès de ce docu-menteur doit faire réfléchir. Des instruits vont déplorer l’ignorance des masses, mais malheureusement, Hold-Up montre aussi l’amateurisme de l’état français dans les mensonges, notamment sur les masques. On est autorisé à penser qu’ils mentent sur tout, et en effet, les interdictions administratives de la chloroquine ou le refus de la tester loyalement dans un protocole scientifique peuvent vraiment laisser supposer qu’il y a une corruption à toutes les échelles de décision de la santé. Ceux qui gouvernent actuellement la France utilisent les apparences de la loi et de la régularité administrative pour favoriser les intérêts de leurs carrières dans les grandes firmes.

Jacques Dutronc - On Nous Cache Tout, On Nous Dit Rien © itgirl1982

Le plus dangereux pour la suite a été de faire passer une étude bidonnée dans la plus prestigieuse revue médicale (The Lancet), prétendant prouver que la chloroquine serait très dangereuse (alors qu’elle est utilisée depuis des décennies par 2 milliards de personnes en zone paludisme). L’étude a été retirée, mais le mal est fait,  le doute a été installé dans l’opinion et chez les gouvernants. Ce sont les techniques habituelles des marchands de doute pour par exemple faire taire sur les dangers du tabac ou des pesticides. Pourquoi s’acharner ainsi contre la chloroquine ? Pour vendre le remdesivir (2340 $ le traitement) ?

Le Covid inquiète parce qu’il n’y a pas encore de médicament. Même si la chloroquine n’avait pas d’effet, elle soignerait, parce que l’effet placebo est une réalité, elle soignerait à moins cher et moins d’effets secondaires que d’autres remèdes récents qui ne sont pas plus efficaces mais rapportent beaucoup plus. Croire ne suffit pas à guérir, mais cela soigne, en tous cas désespérer nuit à la santé, parce que nous ne sommes pas qu’un tas de cellules. Derrière la blouse blanche et les protocoles expérimentaux, le médecin doit aussi être un peu mage. Les laboratoires savent parfaitement que leur médicament soignera d’autant mieux qu’il aura l’air savant et moderne. La pharmacie n’est pas que de la chimie, mais aussi une économie de la croyance.

Tout le monde n’a pas la patience et l’entraînement pour dénouer ce genre de fils, et garder un jugement en équilibre, qui ne tombe pas dans une émotion, que ce soit la peur de ce qui va nous arriver ou la rage contre ceux qui nous y mettent. Il faut de l’entraînement pour conserver le jugement malgré les émotions (la plus dangereuse étant le désir d’avoir raison). Toute personne qui a cherché dans sa vie sait que c’est ce pendule intérieur, le jugement, qui est l’instrument le plus sensible pour interpréter des résultats, inventer une nouvelle expérience, ou repérer les erreurs. Nous avons tous cette sorte de senseur intérieur pour par exemple apprendre à connaître les gens et ne pas les juger trop vite ; le grand chercheur n’est pas fait autrement que nous.

Cependant, le grand savant se distingue de nous comme un grand pianiste. Il sait faire passer son intuition spontanée à travers la partition complexe d’une science et d’une méthode, alors que moi, quand je joue du piano, je peux me faire l’impression de toucher des accords inouïs d’émotion, qui sont juste pénibles et répétitifs pour les autres. Même si j’apprenais un peu plus, je ne suis pas doué, ma musique serait toujours (très) mauvaise, mais, elle n’est pas d’une nature différente d’un grand musicien. Nous sommes égaux, mais il est quand même bien plus égal que moi, pour tout dire, carrément supérieur. C’est un peu vexant pour le narcissisme, mais on ne se sent pas assez différent d’un savant pour lui abandonner notre jugement, on veut continuer à penser par soi-même, mais on voit bien que nos pensées ne sont pas toujours géniales. Voilà toute la contradiction dans lequel s’enfile Hold-Up.

Le public qui va a ce docu-menteur est mu par une intention louable, il veut savoir. Il pense à raison qu’il peut comprendre, mais il peut se laisser prendre à des flatteurs qui lui font croire qu’il a compris, alors qu’il n’a rien compris du tout et empile des mots flous. Il a été préparé par l’industrie du divertissement à croire qu’une vérité se verse sans effort comme une vidéo dans le cerveau, avec en sus des émotions qui caressent le narcissique. Il y a un critère très simple pour savoir si on a compris, c’est si on peut en faire quelque chose. À quelle question répond ce complot de Bill Gates qui veut nous injecter des nano particules pour nous contrôler avec la 5G, afin que le grand reset de la monnaie électronique se passe sans résistance ?

Les trois stades du néolithique : esclavage, machinisme, informatique

La planète est à un nouveau stade du néolithique. Après l’esclavage et la machine, l’exploitation du sol et du troupeau humain par une oligarchie est maintenant informatique. Le monde entier le pressent mais ne trouve pas toujours un fil à tirer pour remettre son action en ordre. Le matérialisme historique de Marx avait raison de toujours remettre le moment dans une perspective millénaire. Cependant, il ne faut pas répéter le catéchisme d’alors mais reprendre le raisonnement à partir d’aujourd’hui, lui aussi était conditionné par les modes de production de son époque. Il faut donc penser le moment en fonction du projet millénaire de l’exploitation, mais selon les possibilités technologique qui s’offrent au pouvoir aujourd’hui: des masses addictes à leur téléphone mobile.

Imaginer des complots secrets qui n’existent pas est un bon moyens de détourner les masses de ce qui se passe effectivement. Faute de bras assez longs pour y changer quelque chose, il faut s’affûter l’astuce pour trouver les failles où fuir, parce que tous les systèmes ont des bugs, la liberté se trouve dans les bugs. Et donc, prenons soin de notre cerveau, ayons une bonne hygiène mentale, en évitant par exemple l’intoxication et la radicalisation par l’immersion dans des vidéos n’allant que dans un seul sens. Qui a du temps pour les docu-menteurs se remplirait plus utilement l’intelligence avec par exemple des cours au collège de france.

Oui, les élites mondiales n’ont jamais été aussi riches. Oui, le modèle de leur fortune repose sur le fantasme d’un progrès indéfini des techniques. Oui, le réchauffement climatique, les épidémies, ou les troubles sociaux, sont en train de perturber le modèle actuel d’exploitation du sol et des masses. Oui, des élites ont des fantasmes de contrôle technologique de la population, certains en sont encore à vouloir installer des caméras dans leur ville, d’autres surveillent depuis 15 ans tous les déplacements des téléphones mobiles (ce n’est pas Bill Gates, pas besoin de nano-particules et de 5G, et c’est pour une meilleur expérience utilisateur, évidemment). Oui, le covid va encore augmenter une dette incontrôlée et les dirigeants ne savent pas comment on va en sortir sans que le système financier s’effondre. Oui, tout l’argent créé par les banques centrales depuis la crise de 2008 ne produit pas de croissance et enrichit les riches, et donc certains envisagent un euro électronique directement versé sur le compte des particuliers (qui eux consomment et font tourner l’économie réelle).

Non, nous ne savons pas ce qui va se passer, eux non plus, personne, l’histoire a toujours été imprévisible pour la majorité au moment où elle se passait. Et donc, on ne sait pas si cela va arriver, et si c’est bien le phénomène majeur qui nous arriverait, mais cette monnaie électronique directe retirerait aux banques privées le contrôle financier des citoyens, qui serait transféré aux mêmes personnes, mais sous le nom d’Europe.

Et si on veut une intelligence du monde par l’émotion, écoutons plutôt des artistes. Bientôt 20 ans, et par sa manière, cette chanson touche encore exactement la poétique de ceux qui nous gouvernent : Nous travaillons actuellement pour l’Europe…

 

noir desir / l'europe ( des visages des figures ) © global pirate resistance

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.