Rachel Picard, Directrice Générale Voyages SNCF, est-elle un automate?

Selon la SNCF, je suis un «grand voyageur» (j'habite Lille, je travaille à Paris), alors Rachel Picard m'écrit personnellement pour savoir si je supporte bien les grèves. Je voulais lui répondre, mais elle précise : «ce message est envoyé par un automate, merci de ne pas y répondre». Et bien moi madame Picard, je vous respecte comme une personne pensante, et je vous réponds ici.

Lettre de la SNCF a ses bon clients Lettre de la SNCF a ses bon clients
Chère madame Picard,

J'ai lu très attentivement votre courriel de ce jeudi 24 mai 2018. Vous semblez fière de briser les grèves et les salariés : « Au début du conflit, nous assurions 100 trains par jour, désormais nous en garantissons plus de 300 ». J'aurais préféré des billets moins cher, je crains surtout que vous ayez cassé votre outil de travail humain.

Vous me prenez pour un client, mais je suis un usager. Un Lille-Paris à 8h13, il n'y en aura toujours qu'un seul, je n'ai pas le choix, ce n'est pas un produit comme une marque de téléphone. Votre président Macron a bien essayé de lancer ses bus, mais le grand magicien de la finance n'a pas réussi à changer les lois de la nature. À échelle humaine, il n'y a qu'un seul espace-temps. Des autocars peuvent en effet être concurrents sur une même ligne à un même horaire, mais ils mettent 3 fois plus de temps de centre à centre qu'un train à grande vitesse. Le monopole public, c'est la rationalité, la concurrence, c'est un gaspillage d'énergie et donc d'argent, au profit de qui ?

« Je tiens à affirmer notre engagement pour vous et auprès de vous ». Je ne vous ai pas engagée madame. Vous êtes virée, vous coûtez trop cher. Parce que votre guerre aux fonctionnaires, c'est aussi une guerre aux grilles qui limitent vos salaires. Vous menez une guerre de classe : payer moins les pauvres, pour que vous soyez plus payée.

Rachel Picard présente son nouveau site oui.sncf Rachel Picard présente son nouveau site oui.sncf

Vous me dîtes aussi : « Toutes les équipes au travail sont pleinement à vos côtés », mais ceux en grève sont aussi de mon côté, pour le service public et contre la privatisation à votre profit. Par contre, ils ne sont pas avec vous, à 95% des suffrages exprimés (sur 65% des personnels).

Et puis votre indécence continue, vous faîtes la pub de vos filiales : «Pour cet été, 3 millions de petits prix TGV et OUIGO vous sont proposés», comme si je prenais le train pour le plaisir. Mais j'en ai ma claque du train ! Quand je suis en vacances, je traverse la France à pied, ou à vélo.

Enfin, en bas en tout petit, je découvre que vous n'existez pas : « Cette communication vous est envoyée par CRMServices [...] Ce message est envoyé par un automate, merci de ne pas y répondre. » Vous êtes la figure interchangeable d'un monde totalitaire. Vous êtes une union soviétique plus astucieuse, car vous avez plus d'un visage. Le combat libéral pour la liberté est contre votre capitalisme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.