France 2, Mélenchon, Laurence Debray et moi

Je viens de visionner la partie de l'émission politique de France 2, qui mettait face à face Jean-Luc Mélenchon et Laurence Debray. Extrait édifiant sur le fonctionnement du monde médiatico-politique.

Je ferai le commentaire de cette émission politique de France 2 ou plus exactement du débat entre Jean-Luc Mélenchon et Laurence Debray en 4 parties, l'émission elle-même, Laurence Debray, Jean-Luc Mélenchon et le Vénézuela (qui fut du coup oublié dans cette passe d'arme!).

L'émission (le cadre)

Le face à face entre JLM et LD se situe dans une séquence où l'invité, Mélenchon en l'occurrence, est confronté à des français lambda qui l'interroge sur leurs problèmes quotidiens. JLM est ainsi d'abord confronté à une jeune créatrice d'entreprise favorable à la loi travail. L'échange est, dans le bref temps qui lui est imparti, est intéressant et fort civil, chacun restant sur ses positions tout en reconnaissant que les arguments de l'autre ne sont pas sans pertinence.

Vient ensuite Laurence Debray. Force est de reconnaitre que Laurence Debray n'est pas tout à fait une française lambda (cela sera développé dans la prochaine partie).

Est ainsi créé volontairement un affrontement entre deux personnes sur la situation du Venezuela, dans une séquence de l'émission où l'invité est censé être confronté aux problèmes quotidiens des français. On organise donc le spectacle.

Rappelons que cette émission est diffusée sur une chaine du service public, dont le cahier des charges doit probablement (je ne l'ai pas lu) demander de rendre compte de la diversité des propositions politiques.

Il n'est certes pas question de contester la liberté de choix éditorial de France 2, mais on peut questionner la façon dont cette liberté est utilisée.

Laurence Debray

Laurence Debray n'est pas exactement une française lambda. Fille d'un intellectuel qui ne se contenta pas de philosopher dans son fauteuil, elle se fit connaitre en écrivant un livre sur la façon dont elle souffrit dans son enfance de l'absence de ces parents, du fait de leurs activités politiques. En caricaturant à l'extrême, je l'avoue, son livre disait: 'j'ai souffert de l'absence de mon père, qui était emprisonné et torturé dans les geôles sud américaines.

Par ailleurs, elle s'est signalée récemment en interpellant JLM dans diverses tribunes sur la question du Venezuela, ce que JLM ne manque pas de souligner avant même qu'elle ait pu prendre la parole. Le spectacle commençait...

Enfin, et cela doit être plus mis au débit de France 2, elle est présentée comme historienne. En fait, elle est diplomée d'HEC, a fait sa carrière professionnelle dans le monde bancaire. C'est une fois qu'elle a stoppé cette carrière qu'elle a commencé à publier des travaux de nature historique.

J'insiste, ce qui est dit ici n'est nullement contre LD, et on peut être pertinent sur un domaine sans avoir le diplôme consacrant cette pertinence.

Mais imaginons un instant que le bandeau qui présentait Laurence Debray ait dit au lieu d'historienne, banquière. La vision des téléspectateurs n'en aurait-elle pas été changée?

Jean-Luc Mélenchon

Donc Mélenchon débarque dans ce genre d'émission, après s'être plaint, suivant la tendance du moment, de ne pas y être invité ou d'y être traité de façon inéquitable.

De façon évidente, il sait que Laurence Debray sera une de ses contradictrices, parce que on ne saurait imaginer qu'il n'était pas au courant du déroulement de l'émission avant d'y venir, parce qu'il déclare avant même que LD ait dit un mot: "c'est vous qui avez publié des tribunes me mettant en cause".

JLM ne peut donc prétendre à l'effet de surprise, à une colère spontanée face au choix éditorial de cette émission. Il a donc décidé de participer au côté "société du spectacle" de cette émission, tout en le dénonçant dans le discours.

Il joue le rôle qui lui est assigné, et ceci volontairement (on peut faire plein de reproches à JLM, mais pas celui d'être suffisamment con pour se faire piéger comme un député LREM).

C'est son choix. Il est intelligent. Il avait assumé avant même l'émission.

Le Venezuela

Dans cette séquence, les 2 proganistes ont juste oublié de parler du... Venezuela, si l'on excepte les positions caricaturales des 2 protagonistes (tout est de la faute des chavistes... tout est de la faute des USA).

Il est strictement impossible d'émettre un avis nuancé, tant pour les uns le Venezuela est le paradis et pour les autres l'enfer.

Il aurait pu être pertinent d'évoquer le rôle de l'Arabie Saoudite dans la situation actuelle du Venesuela. Mais aborder cette complexité ne convenait aucunement aux acteurs de ce théatre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.