Qu'allons nous devenir? Que faire?

Nous nous étions tous engagés derrière Dominique Vidal, plein d'espoirs, d'espérances, de désirs, et patatras....Voilà-t'il pas qu'il nous lache en pleine campagne?

Que faire maintenant, d'autant plus qu'il ne nous donne guère d'indications pour changer de pied?

Reprenons donc son argumentation (si,si,c'est une argumentation quand meme?) pour essayer de démêler les fils de l'histoire.

  1. La menace Le Pen. Certes elle existe. Mais face à cette menace, il serait mieux de voter Fillon, dont la porosité de son électorat qui s'est rétréci avec celui du FN n'est plus à démontrer, celui qui a accueilli dans son gouvernement un ministère de l'identité nationale. Macron dont le mondialisme béat donne à MLP tous les arguments pour lui battre la coulpe (le petit coquin!).Hamon (sans commentaire)? Et sans faire injure à Poutou, qui d'autre? Alors quoi, Dominique Vidal, pour conjurer le danger Le Pen, le choix serait l'abstention?
  2. Son refus de l'union. Bon, le gars Hamon, que je trouve par ailleurs sympathique, il a quand même dit que ce serait lui le candidat et que cela se ferait sur son programme. Mais cela serait Mélenchon qui refuse l'union?
  3. Le sectarisme de FI. Etre en désaccord avec une politique, c'est donc du sectarisme. Depuis sa victoire aux primaires, Hamon n'a eu de cesse de tourner le dos aux électeurs qui ont permis sa victoire aux primaires. Courir après tous ceux qui ont mené cette politique désastreuse, c'est son choix mais il trahit avant même l'élection ceux qui l'ont amené là. Du coup, lui n'est pas du tout sectaire puisqu'il courre après ceux qui ont qualifié sa politique de dangereuse, utopique, etc...
  4. Là on tombe dans le surréalisme le plus complet. Selon M. Vidal, vivre dans son pays ne serait pas souhaitable, à tel point qu'il s'indigne qu'on puisse le souhaiter. Selon M. Vidal, il est nécessaire de se plier aux conditions de ceux que l'on rencontre: porter le voile pour une femme devant un mufti, se mettre à poil pour rencontrer des nudistes, etc... Je n'insiste pas, mais pour une fois, MLP avait raison, même si c'était probablement un coup de com bien monté.
  5. La Syrie. Franchement, quand on condamne les bombardements des uns et pas ceux des autres, comment prendre au sérieux cet argument? Et que propose-t-il d'ailleurs, notre ami Vidal, pour la Syrie? Quel candidat a sa faveur sur ce sujet?

Ce billet sera sans conclusion, la charte oblige...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Mélenchon vecteur du FN, je n'y crois guère.

Mais d'aucuns couinent qu'il y aurait comme un début d'esquisse d'ébauche de point de vue vaguement commun sur l'Europe, l'euro, et ces sortes de choses ? Pour ma part, je n'en sais rien.

D'autres peut-être savent ?