gonetoufar
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2014

gonetoufar
Abonné·e de Mediapart

Grèce , Nikos Romanos en grève de la faim depuis 31 jours

gonetoufar
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nikos Romanos est un anarchiste âgé de 21 ans. Son nom a été rendu public lorsque, dans la nuit du 6 décembre 2008, son ami Alexandros Gregoropoulos est mort dans ses bras sous les balles d’un policier. Il a été incarcéré pour sa participation au double braquage de Velventos à Kozani en 2013. Pendant leur garde à vue, lui et ses autres 3 complices ont subis des violences policières d’une extrême cruauté.

 Nikos Romanos est en grève de la faim depuis le 10 novembre dernier pour l’obtention des sorties d’études. Etant en prison, il a passé le concours d’entrée à l’université, mais les autorités lui refusent obstinément les permissions de sorties que le droit prévoit pour les prisonniers-étudiants. Hospitalisé depuis plusieurs jours, le seuil critique pour l’arrivée des dommages irréparables semble franchi, le risque de mort est imminent.

Il semblerait que le premier ministre Antonis  Samaras ne soit que peu enclin à débloquer la situation . En effet si Nikos venait à mourrir , il est  probable que des manifestations violentes embrasent le pays . Samaras , dont le pouvoir est plus que vacilliant pourrait se saisir de ce prétexte pour tenter de s'ériger une fois de plus  "en rempart contre le chaos et l'anarchie ".

Une pétition peut êre signée à la fin de cet article   :  http://syriza-fr.org/2014/12/09/initiative-des-editions-lignes-petition-appel-a-la-solidarite-avec-nikos-romanos-et-les-autres-grevistes-de-la-faim-en-grece/ 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte