gordongraf
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 août 2020

TENETHON: Le marathon idiot de Christopher Nolan

gordongraf
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Durant cette période de circulation du virus, et de vache maigre en ce qui concerne la programmation en salles, le nouveau film de Christopher Nolan, Tenet, est perçu comme le messie que ce soit pour les exploitants ou pour les cinéphiles en manque de confiseries visuelles. Ce contexte est-il suffisant pour laisser son esprit critique dans sa poche et oublier les scories habituels du cinéma de Nolan, ici présents parfois jusqu’à la caricature?

Comme le supposait la bande annonce, Le dernier film de Nolan s’inscrit bien dans le sillon d’Inception. Film à concept, dit « cérébral » et empruntant ses codes au film de braquage. A la différence que Tenet semble s’engouffrer dans un concept qu’il maîtrise rarement. Les explications et indices quant aux mystères du film se succèdent à une vitesse folle via des ellipses qui ne laissent pas le temps au spectateur de souffler et d’assimiler ce qui vient d’être dit, se retrouvant de nouveau bombardé d’informations, ce qui a pour effet de voir tous les acteurs se mettre à parler comme des pages Wikipédia alors que le bougre dispose d’un casting 3 étoiles. Pour le naturel et l’émotion on repassera. De plus ce montage galopant semble dissimuler le fait que Nolan n’assume pas son concept et ce qui fait habituellement le sel de son cinéma, à savoir la description des règles de l’univers mis en place. Ici après des explications laborieuses (et pas toujours très logiques), le film se fend d’un « Il faut y aller à l’instinct » Et pour cause, si l’on s’arrête pour y réfléchir, on se rend compte que ça ne tient pas debout deux minutes, mais trop tard ! Pas le temps de gamberger, on a déjà changé de ville, de mission, de protagonistes.

 Passé les explications théoriques laborieuses, on compte sur une mise à l’image plus didactique ou accouchant d’un minimum d’idées visuelles. D’autant plus que la première scène d’action, contrairement à d’habitude chez Nolan, a bénéficié d’un minimum de chorégraphie. C’est donc la douche froide lorsqu’arrivent les premières scènes d’action « temporelles » qui oscillent entre l’illisible et le banal. De plus, un tour de passe-passe scénaristique (qu’on voit arriver de très très loin) nous amène à revoir les scènes d’actions mollassonnes à l’envers. A ce stade on se dit que le « mixage temporel » peut être une bonne idée sur papier mais devient  complétement inopérante retranscrit à l’écran, du moins Nolan semble incapable de la rendre dynamique via sa mise en scène. L’Apothéose de ce grand n’importe quoi reste la scène de bataille finale. Moment bruyant et particulièrement incompréhensible où Nolan se sent obligé de mettre des gommettes sur ses acteurs afin de savoir qui est qui (et dans quel sens ils vont). Une scène qui ressemble à s’y méprendre au 3eme acte d’Inception, ici la confusion s’ajoutant à l’ennui. Question scénographie temporelle, à elle toute seule, la scène de vif argent dans X men days of futur past sorti en 2014 ridiculise tout le film de Nolan.

Vif argent scène x-men days of futur past © MARV 666

Alors que reste-il après ce triste constat ? Malheureusement plus grand-chose. Le scénario voulant aller tellement vite qu’il en oublie de faire respirer les personnages. La relation entre « le protagoniste » (John David Washington) et Neil (Robert Pattinson)  se réduit à un Twist téléphoné. On est loin de l’impact émotionnel d’un Doctor Who qui traitait les mêmes sujets ou les délires scénaristiques de Rick & Morty qui semblent finalement bien plus profonds que tout ce charabia physico-neuneu. Débarrassé de toute la façade pseudo intellectuelle, Tenet ressemble à un sous James bond (Nolan est fan de la franchise), ou un Méchant Russe veut détruire le monde parce qu’il est très méchant. Accompagné de son garde du corps géant, mutique et chauve et battant sa femme qui le trahit en passant du côté des gentils, tout ce petit monde courant après un Macguffin. Il ne manque plus qu’un nain dans une valise et le compte est bon.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau