Le relâchement des comportements menace les fêtes de fin d’année

Les derniers chiffres concernant les contaminations sont mauvais et les prévisions de notre modèle épidémiologique ne sont pas meilleures. Il sera très difficile de descendre en dessous de 5 000 cas si les comportements ne changent pas dans les tous prochains jours

Alors qu’il y a quelques jours seulement, les prévisions quant au passage des 5 000 cas étaient bonnes (au 12 décembre), voire très bonnes (au 7 décembre), elles se dégradent depuis quatre jours. Si la population se reprend et comprend que l’épidémie est loin d’être terminée, la date du 14 décembre est encore possible (voir le graphique). La marge de manœuvre est cependant plus qu’étroite. Si les comportements ne changent pas, une simulation, où le nombre de contaminations ne baisse pas dans les trois prochains jours, indique qu’au 15 décembre le chiffre des contaminations serait bien au dessus des 5 000 cas espérés. Il ne reste donc que quelques jours pour réagir.  Sinon, ce sera trop tard.

Le nombre de décès est moins inquiétant et poursuit sa lente décrue, en particulier dans les EHPAD. Il se confirme que le nombre total de décès de la deuxième vague approchera les 30 000 cas, mais ne devrait pas les dépasser. On peut espérer que le jour de Noël, le nombre de cas, EHPAD y compris, sera inférieur à 100. Attendons cependant les prochains jours avant de se réjouir car les nouvelles contaminations en excédent risquent de dégrader la situation et se traduire par des décès supplémentaires.

contaminations Covid 19 © jf goux contaminations Covid 19 © jf goux

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.