Cohérence pour les gros.se.s dans la campagne vaccinale

whatsapp-image-2021-01-26-at-21-59-50-2

Dès le début de la pandémie et dès lors du premier confinement en mars 2020, les médias se sont fait le relais d’informations inquiétantes sur le nombre de personnes obèses hospitalisées avec des formes graves du COVID-19. On ne compte plus le nombre de reportages en unité de soins intensifs où l’on pouvait voir des corps gros désignés comme principalement touchés par le virus, servant d’épouvantails aux français.e.s inquiet.e.s. Le gouvernement a considéré pendant les premiers temps de la pandémie les personnes en obésité comme des personnes à risque, pouvant bénéficier de certificats d’isolation et donc du chômage partiel dans les cas où leur télétravail était impossible. En Angleterre, le premier ministre a quant à lui appelé les gros à se mettre au régime pour faire cesser l’épidémie, dans un raccourci idéologique tellement grotesque qu’il est devenu dangereux.   

Nous ne discutons pas les réalités scientifiques liant les formes graves de la maladie à l’obésité. Nous n’avons pas le recul ou les études suffisantes pour le faire, et notre association est dépourvue de comité scientifique. Nous sommes de simples citoyen.ne.s gros.se.s, qui vivons depuis bientôt une année la double contrainte d’un confinement quasi-permanent, et d’une grossophobie médicale assumée dans les représentations médiatiques anxiogènes de nos maladies. Nous avons obéi au gouvernement, nous nous sommes confiné.e.s même lors des relâches, nous avons porté des masques avant les autres, nous ne transigeons pas avec les gestes barrières. Nombreuses et nombreux sont celles et ceux d’entre nous qui ont perdu dans cette crise sanitaire leur santé mentale, leur travail, et l’espoir de pouvoir retrouver dans un futur proche un semblant de vie normale. Nos suivis médicaux, déjà rendus compliqués par la grossophobie médicale en temps normal, sont anéantis par la situation sanitaire actuelle. Nous avons mangé notre pain noir, et nous n’avons rien dit quand des journalistes proclamaient que nous “attraperions le virus plus facilement que des personnes minces”, ou quand le gouvernement nous classait dans les populations à risque sans nous proposer l’accès aux compensations financières et à la protection nécesaire dans le deuxième temps de l’épidémie.

Aujourd’hui, les campagnes de vaccination commencent dans notre pays. Nous nous réjouissons pour nos soignant.e.s et pour nos aîné.e.s, mais nous sommes révolté.e.s de constater qu’une nouvelle fois, les personnes grosses ne sont pas prises en compte. Comment peut-on nous répéter pendant 12 mois que nous sommes particulièrement à risque, que nos vies sont plus en danger que les autres, et ne pas nous classer dans la liste des personnes prioritaires à la vaccination ? Quelle cohérence pour nous, c'est-à-dire 17% des français.e.s ? Comment comprendre ces messages contradictoires ? L’obésité est une maladie de pauvres et de précaires en France, et nous savons que la COVID-19 touche en priorité les territoires défavorisés, comment ne pas y voir un lien direct ?

Aujourd’hui Gras Politique demande à Emmanuel Macron, au Ministère de la Santé et des Solidarités ainsi qu’à la Haute Autorité de Santé de revoir ses priorités vaccinales et d’être cohérents avec leurs propres discours : si vous considérez que les personnes obèses sont à risque élevé de décès suite à une infection au COVID-19, au même titre que d’autres populations déjà prises en compte dans le calendrier vaccinal, il faut nous vacciner rapidement. Nous portons la même demande pour tous les publics identifiés comme portant des pathologies ou des comorbidités en lien avec la dangerosité du COVID-19.

Refuser de prendre en compte la population grosse que vous avez stigmatisée jusqu’alors dans toutes vos communications revient à dire que vous nous laissez mourir en conscience. Nous ne voulons pas mourir. Nous voulons des vaccins, maintenant. 

contact presse : graspolitiquepresse@gmail.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.