La loi contre l'IVG: L'Alabama ne va pas assez loin

L’état d’Alabama, aux Etats- Unies, a voté cette semaine une loi pour interdire et criminaliser l’avortement même pour les mineures et même en cas de viol. A la base de cette loi « pro- life », il y a l’idée qu’avorter, c’est commettre un meurtre. Si on suit cette logique, cette loi n’est pas assez restrictive. Voici mes propositions pour l’améliorer.

L’état d’Alabama, aux Etats- Unies, a voté cette semaine une loi pour interdire et criminaliser l’avortement même pour les mineures et même en cas de viol. A la base de cette loi « pro- life », il y a l’idée qu’avorter, c’est commettre un meurtre. Si on suit cette logique, cette loi n’est pas assez restrictive. Voici mes propositions pour l’améliorer.

1. Si l’avortement est un meurtre, alors les femmes qui ont des fausses couches doivent être poursuivies pour homicide involontaire.

En effet, si un embryon au stade de la division cellulaire doit avoir les mêmes droit qu’un bébé qui gazouille ou qu’un petit bout qui marche, alors le fait de perdre son enfant à naître doit aussi être criminalisé. Si le petit bout de vie, de quelques millimètres ou quelques centimètres, non viable à l’extérieur du corps de sa mère, venait à mourir ou se détacher, ça devrait être traité avec le même sérieux et la même gravité qu’une femme qui a fracturé le crâne de son enfant sur le rebord de la baignoire. Pareil. Ainsi, juste après l’annonce de la mort in utéro, toute femme doit se préparer à subir une enquête de police et peut-être, une condamnation à de la prison ferme.

 

2. Si l’avortement est un meurtre, alors les femmes qui font des FIV doivent être OBLIGEE de porter TOUS les embryons formés.

Pour les pro life, chaque embryon est une vie. Parce que, d’après Monsieur Trump et d’autre pro life, un ovule fécondé est au même stade de vie qu’un enfant qui pleure. Pareil. Par conséquent, de quel droit un couple qui passe par la FIV pour faire des enfants devrait avoir le droit de choisir les embryons implantés ou encore de réduire le nombre d’embryon à  amener à terme ? Il ne devrait pas. S’il y en a douze, ils doivent utiliser les douze ! Tant pis si ça met en péril la réussite du projet de grossesse ou la vie de la mère. Et si jamais la mère ne réussi pas à tous les garder dans  son utérus et que certains embryons meurent ou se détachent, elle doit être poursuivit pour homicide involontaire.

 

3. Si l’avortement est un meurtre, alors on doit apprendre aux petites filles (de 8 9, 10 ans, parce que c’est déjà arrivé) d’accepter l’idée que si elles sont violées et enceintes, elles n’auront pas le droit d’avorter. Mais que c’est une bonne nouvelle. Elles peuvent ou vont mourir à cause de la grossesse, mais au moins, elles ne commettront aucun crime.

 

4. Si l’avortement est un meurtre, alors la contraception doit être interdite.

Il faut considérer le préservatif et le stérilet comme des agents de mort. Parce que le premier empêche aux bébés d'être conçus et que l'autre empêche les bébés déjà nés puisque déjà conçus, de s’accrocher… Le principe même de contraception doit être remis en question. 

 

5. Si l’avortement est un meurtre, alors avoir ses règles, c’est déjà suspect.

Mais c’est évident ! Même si c’est la moitié d’une vie, c’est déjà une vie. Il faut donc préserver les ovules ! Un peu comme les œufs des poules (qui sont aussi des ovules non fécondés), nos œufs sont précieux. Il faut donc apprendre à toutes les jeunes filles qui deviennent pubères, de vite rentrer dans la vie sexuelle active pour ne pas gaspiller ces vies ! Du sexe dès qu’on a ses règles et le plus possible de bébé, toute sa vie! Parce qu’il ne faut pas gaspiller les vies potentielles qu’on porte en soi.

 

6. Si l’avortement est un meurtre, alors éjaculer en dehors d’un utérus fertile c’est un génocide !

Il n’y a pas de raison que l’autre moitié qui constitue la vie ne soit pas préservée. Les spermatozoïdes sont vivants. Ils sont indispensables pour faire les bébés. Par conséquent, toute éjaculation en dehors d’une zone qui ne permette pas de donner la vie doit être proscrite. Ejaculation faciale, buccale, anale, masturbation ou même accident au cours de la nuit, doivent être traités avec sérieux et gravité ! Il y a tellement de ces futurs êtres vivants qui sont perdus durant une éjaculation (pause. Snif. Petite larme d’émotion et trémolos dans la voix), si en plus elle n’est pas faite au bon endroit, alors ça devient criminel!

 

7. Si l’avortement est un meurtre, alors avoir des rapports sexuels avec une femme non fertile doit être proscrit.

Les hommes peuvent procréer toute leur vie. Pas les femmes. Il est donc bon que la loi accompagne le respect de la vie en interdisant l’homosexualité (masculine en tout cas), et en organisant les séparations de couple. En effet, à partir du moment où une femme atteint la ménopause son compagnon doit être autorisé, ou incité, à la quitter pour trouver une femme plus jeune et fertile. Les unions avec les femmes stériles doivent être interdites. Ce sont des pertes de temps et des offenses faites à la vie.

 

 

Voilà. C'est ça qui serait correct si on doit aller jusqu'au bout de la logique qui dit qu'une interruption de grossesse, volontaire ou non, c’est un meurtre.

Tout ça parce que des gens qui se disent pro life refuse de reconnaître le droit d’une femme à disposer de SON CORPS. Parce que, oui, là où le futur bébé grandit ça appartient à quelqu’un. Quelqu’un qui a des droits. Quelqu’un qui doit penser à protéger sa vie, si la grossesse présente un risque pour sa santé. Quelqu’un qui a le droit de penser à sa vie, si la grossesse lui a été imposée. Quand l’IVG est autorisée dans un pays, personne n’est OBLIGE d’avorter. C’est juste un droit, une possibilité que chacune choisit de faire en son âme et conscience. Pourtant, ce droit fondamental, ce droit au libre arbitre, qui existe dans la religion (avoir le choix c'est à la base même de la relation avec Dieu, dans la Bible, depuis la Genèse !) est bafoué par des lois qui essayent de nous faire croire qu’elle pense au bien être des enfants.

Ah bon ?

Et une fois que les enfants sont nés, il y a quelqu’un qui pense à leur bien être ? Elles sont où les associassions pro life  quand des petits migrants meurent noyés ou tués ? Elles sont où les associations pro life quand des enfants sans parents, sans personne pour s’occuper d’eux ou alors avec des parents qui s’en foutent, les condamnent à être des proies dans des réseaux de prostitutions ou de vidéos pédophiles ? Elles sont où les associations pro life pour prendre en charge les enfants qu’on retrouve dans une benne à ordure ? Elles sont où les associations pro life (au Etats Unies notamment) quand un enfant est abattu par un policier parce qu'il est noir (enfin, parce que son portable ressemblait à une mitraillette)? 

Ben elles sont devant une clinique à insulter, ou alors, en France, parfois, à l’intérieur même de l’équipe médicale qui prend en charge les IVG, à essayer de torpiller les projets de vie ou de survie de femme.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.