greenbox
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 janv. 2022

Primaire populaire ou primaire suicidaire ?

greenbox
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis ce matin une vidéo stupéfiante circule sur internet à propos de la primaire populaire :

https://twitter.com/SilkysilkK/status/1482674974045487104?t=Y8Csw87iPTJqZg8FneoLlw&s=08

On y voit l'un des responsables de la primaire populaire (Samuel Grzybowski ) exposer sa stratégie face aux candidats de gauche à l'élection présidentielle.

à l'entendre, la primaire populaire ne vise plus a permettre l’émergence d'un candidat unique de gauche, c'est une machine de guerre suicidaire  contre les candidats des partis de gauche qui sous prétexte de sauver la gauche, se propose de faire baisser dans les sondages ses candidats.

ci après la transcription de la vidéo, manifestement la vidéo a été tourné début novembre.

"Quels sont les 3 ingrédients qui comptent pour que  on puisse avoir des  candidats(tes) qui disent oui je viens
Le premier ingrédient c'est le nombre, le chiffre est clair depuis le début il faut devenir la force politique la plus importante du bloc de justice, c'est a dire être plus 

fort que la France insoumise puisque aujourd'hui on a déjà dépassé EELV et donc dépasser les 258 000 signatures qui sont le nombre de signataires de la France Insoumise. ça c'est la première chose.
Si on les dépasse, d'abord, il a un symbole  bien sur qui est de devenir la force motrice de ??? mais il y a aussi une réaliser qui est aujourd'hui mobiliser, ce n'est pas comme avec les anciens partis, une carte de membre, avec des sections locales, 
c'est de la data parce que c'est des gens que l'on peut contacter, relancer pour faire participer à une campagne. Or si on devient la première data politique du bloc de justice on devient la force motrice dont tout le monde veut forcément l'espace de rassemblement  sachant qu'on a une data qui est particulièrement précieuse parce que vous êtes 5% des signataires  à vous inscrire pour devenir bénévoles, c'est  énorme.
Dans un mouvement politique classique on estime qu'à partis de 1% de transformation on est déjà dans un succès donc 5% c'est vraiment très élevé.
la deuxième chose qui fait peser c'est ce qu'on appelle le serment de Romainville, ça s'est passé il y a 2 semaines, le 16 octobre, c'est un pacte qu'on pris des élus de toute la France qui dit  "nous nous engageons à ne pas accorder de parrainage à la présidentielle" 
Nous notre but avec le pole politique c'est d'essayer d’empêcher que les membres du bloc de justice, dont Anne Hidalgo Jean Luc Mélenchon, Fabien Roussel, Arnaud Montebourg et Yannick Jadot puisse avoir les 500 signatures avec ce serment de Romainville qui bloque les parrainages.
la troisième idée  c'est leur image dans les sondages, si on les critique de plus en plus sur les réseaux sociaux, sur Twitter, dans les médias on peut faire baisser leur cote de popularité c'est le plus redoutable pour eux car pour aller à la présidentielle ils ont besoin de contracter  un prêt et ce prêt ne sera donner par les banques que si ils sont sonder 3 fois de suite dans 3 sondages nationaux au dessus de 
7%  ... 5%  et donc on se donne 3 points de sécurité du coté de la banque
sur ce dernier point la vidéo est peu clair mais on comprend que le remboursement des dépenses de campagne étant déclencher à 5%  les banques par sécurité souhaite que le candidat au prêt soit  dans les sondages au dessus de 5% avec un marge de sécurité"

-(article incomplet, il manque l'analyse détaillé de ce morceau d'anthologie, publié en l'état afin que nul n'ignore)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard