Gregoiredsj
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2010

Gregoiredsj
Abonné·e de Mediapart

Expérience de vie autarcique en Lozère: bulletin complet

Gregoiredsj
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par ce blog, je souhaite présenter nos différentes expériences et choix pour tenter de mener une vie la plus autarcique possible au niveau alimentaire, énergétique, écologique. Différents articles y seront développés:

- Présentation générale du projet.

- Création de sa propre électricité.

- Chauffage par le bois: installation d'une chaudière à bois en thermosiphon, installation d'un poêle et gainage d'une cheminée.

- Préparation et plantation d'un potager.

- Toilettes sèches et assainissement en phytoépuration.

- Construction de murs en pierre sèche.

1/ Présentation générale.

L'idée pour ma femme, nos trois enfants et moi-même était de changer assez radicalement de vie (après 36 années passées en région parisienne). Nous avons pas mal prospecté en Lozère et dans l'Aveyron. Nous recherchions une construction ancienne, en ruine et isolée. C'est grâce à l'association Maison Paysanne de France que nous avons découvert un bel ensemble caussenard sur le causse de Sauveterre. Les bâtiments étaient abandonnés depuis quasiment 80 ans, mais en relativement bon état. La maison n’est pas raccordée au réseau EDF (premier poste basse tension à 2,5 kilomètres), par contre l'eau courante a été installée il y a une dizaine d’années (des citernes construites dans les fondations des bâtiments permettaient autrefois d’être autonome en eau, car il n’y a pas de source à proximité), le premier voisin est à 3 kilomètres. Des bois et des pâturages entourent la maison.

2/ Création d'électricité.

Le premier poste basse tension se trouve à environ 3 kms de la maison, et mis à part le prix du raccordement prohibitif, ma femme et moi même voulions essayer de produire, de stocker nous même notre électricité. Nous avons tâtonné pendant un an, mais aujourd'hui l'installation est suffisamment performante pour être présentée. Nous avons également durant cette année appris une règle essentielle: la meilleure façon d'être autonome énergétiquement, c'est d'économiser au maximum l'énergie produite. La chasse au gaspillage est draconienne et les appareils dans la maison doivent vraiment être adaptés.

- Les appareils: la première règle est d'apprendre à se passer d'objets fort répandus, mais tellement énergivore et inutile... Le micro-onde, les bouilloires électriques, les plaques chauffantes électriques, le grille pain, bref beaucoup de gadgets qu'on a réussi à nous imposer au quotidien, mais dont on peut en réalité facilement se passer et ce sans retourner à l'âge de pierre... A la place, nous avons une gazinière tout gaz sur laquelle nous faisons chauffer l'eau, dans le four les tartines... Le poêle à bois permet également de chauffer l'eau pour le thé, les bouillotes... Notre frigo est bien sûr classé A+. Les ampoules sont bien sûr toutes à basse consommation et les circulateurs de la chaudière sont également classé A+. Nous avons débranché les résistances de la machine à laver le linge et elle est directement raccordée à l’eau chaude produite par la chaudière à bois. La nuit et en général la journée, aucun appareil ne reste en veille. Tout est éteint, sauf le frigo bien sûr. Tout cela peut paraître un peu compliqué à mettre en place, mais en réalité, rapidement on parvient à changer ses habitudes et à vivre plus simplement. Seule la machine à laver la vaisselle fonctionne toujours classiquement, mais plus pour très longtemps…

- Les panneaux solaires: nous sommes partis avec 4 panneaux solaires, mais c'était vraiment un peu juste, surtout l'hiver qui est rude et long dans nos contrées... Nous venons d'en ajouter 6. Ils sont connectés par groupe de 5, soit 10 panneaux en tout de 135 watts/heure chacun. Notre production maximale est donc de 1300 watts/heure ce qui est honorable. Nous avons considérablement gagné en tranquillité et en autonomie.

- Les batteries : comme les panneaux, nous avons commencés avec 8 batteries de 12 volts branchées en série de 4 afin de passer en 48 volts. Car toute notre installation est en 48 volts. Nous venons de doubler notre parc batteries, et là encore, ça n’était pas du luxe… Nous sommes maintenant bien équipés pour attaquer l’hiver.

- Le groupe électrogène : il s’agit d’un groupe insonorisé Honda de 5,5 kwa. Depuis que nous avons rajouter les panneaux et doublé le parc batterie, il n’a tourné qu’une heure en 5 jours. Afin de faire tourner la machine à laver la vaisselle (cycle court) et passer l’aspirateur…

- Un régulateur solaire OUT BACK de marque américaine et un onduleur suisse COMPACT C-4000-48. Ces deux systèmes fonctionnent très bien et sont d’une grande fiabilité.

Tout ce matériel demande un peu d’entretient, et donc qu’on s’y intéresse un minimum. C’est le « prix a payé » pour être autonome, il faut mettre les mains dans le cambouis et cesser d’être uniquement passif devant les aléas et les contraintes techniques. Bref accepter d’être moins dépendant de tout un système, et être du même coup un tout petit peu plus responsable de son destin et de son environnement.

Dernier petit bonheur, nous ne recevons plus de facture électrique EDF, et nous sommes certain que notre électricité n’a rien de nucléaire.

J’espère que ce bref exposé vous a donné quelques pistes de réflexions et qu’il n’a pas été trop « technique »…

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon
Journal — Euro
La Réserve fédérale des États-Unis envoie l’euro par le fond
Face à l’explosion de l’inflation et à la chute de l’euro, la Banque centrale européenne a décidé d’adopter la même politique restrictive que l’institution monétaire américaine. Est-ce la bonne réponse, alors que la crise s’abat sur l’Europe et que la récession menace ?
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod
Billet de blog
Un chien à ma table. Roman de Claudie Hunzinger (Grasset)
Une Ode à la Vie où, en une suprême synesthésie, les notes de musique sont des couleurs, où la musique a un goût d’églantine, plus le goût du conditionnel passé de féerie à fond, où le vent a une tonalité lyrique. Et très vite le rythme des ramures va faire place au balancement des phrases, leurs ramifications à la syntaxe... « On peut très bien écrire avec des larmes dans les yeux ».
par Colette Lallement-Duchoze
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza