François Hollande la Grande Illusion

La Grande Illusion

Ce soir en découvrant les articles sur ces nouvelles perquisitions, j’ai envie de vomir. Dans l’isoloir, je revis le moment, je revois ma main glissant  sans enthousiasme le bulletin FRANÇOIS HOLLANDE dans la petite enveloppe blanche. Et puis j’entends la voix sentencieuse: « A voté ». L’enveloppe qui tombe dans l’urne en plexiglas et la trappe qui comme une guillotine transparente vient sceller mon choix. Quel con j’ai été ! Quel abruti je suis !

Sous couvert de lutte antiterroriste, de principe de précaution à la con, ils veulent empêcher toute manifestation citoyenne, toute forme de lutte alternative, tout regroupement militant. Alors qu’au contraire, dans cette époque étouffante et silencieuse, nous avons besoin d’air, d’idées, d’oxygène, de lumières, de caresses, de baisers, de rires, de chants, de cortèges, de cris, de pleurs, de sentir l’autre à nos côté.

J’ai envie de gueuler, de vomir et de pleurer. Les terroristes nous ont tués, ce gouvernement nous asphyxie, nous sclérose, nous infantilise et nous humilie. Nous voulons prendre le risque d’être à nouveau ensemble dans la rue, nous voulons du débat, des rencontres, de l’échange, de la chaleur, de la parole, de l’écoute.

Le danger terroriste plane peut être encore sur nos villes, mais nous sommes adultes, et nous acceptons le risque de vivre car nous n’en pouvons plus de vos mesures d’urgences, de vos bombardements, de vos contradictions, de vos cérémonies, de vos mensonges et de votre sécurité qui nous viole. Laissez nous sortir, nous rassembler, débattre, respirer.

Et pour ce qui est de votre envie d’adapter notre constitution à vos idées délirantes, le seul article à réintroduire d’urgence est l’article 35 de la constitution du 24 juin 1793 dans la partie DECLARATION DES DROITS DE L’HOMME ET DU CITOYEN:

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

François Hollande, assassin du socialisme, fossoyeur de notre démocratie, ce soir j’ai honte.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.