Millau-Larzac solidarité avec les opposants à Notre-Dame-des-Landes

En soutien aux opposants au nouvel aéroport Notre-Dame-Des-Landes, hier matin, une cinquantaine de militants de divers horizons et de tous âges, ont occupés la mairie de Millau. Dans la cour de la mairie, un petit campement a été improvisé avec braseros et tables. Au menu: café chaud, fromage, pâté, soupe. A l'intérieur de la mairie, après un peu de confusion, la pression est retombée et nous nous sommes tranquillement installés avec sac de couchage, matelas dans la salle du conseil municipal. Nous n'étions évidemment pas les bienvenus, et il a fallu rappelé à toute l'équipe municipale que la mairie n'était pas leur maison, mais celle du peuple. Qu'ils n'en été donc que locataire et que nous avions autant de droit à être sur place qu'eux. Nous avons bien sûr voulu rencontrer le maire mais celui-ci n'était pas là... Donc impossible pour lui de prendre une position claire sur ce projet idiot. Le hasard des agendas fait parfois bien les choses...

L'occupation a duré toute la journée, et vers 21h00, sentant comme de l'électricité dans l'air nous nous sommes tous retranchés à l'intérieur de la salle du conseil municipal. Vers 22h00, les gardes mobiles ont pénétrés dans la pièce et nous ont traînés en dehors de la mairie. L'évacuation s'est faite dans le calme et la dignité. Aucun mobilier n'a été dégradé, rien n'a été cassé.

En échange du retrait du tracteur et de sa remorque qui bloquait l'accès à la cour de la mairie, nous avons même pu récupérer tout notre matériel en laissant l'endroit aussi propre que lorsque nous y sommes entrés. La police a eu l'air contrarié de ne pas avoir à faire à des barbares de la fameuse mouvance anarcho-libertaire-radicalo-gauchiste.

Le combat continu, soutien total aux occupants de la ZAD et aux membres de L'ACIPA. Et bien sûr n'hésitons pas à renouveler partout en France ce type d'occupations non violentes. Des mairies il y en a partout. Des péages Vinci aussi, et des parkings Vinci aussi...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.