Burger King de Millau: les deux pieds bien enfoncés dans le monde d’avant…

Vendredi 28 août 2020, à Millau, s'est tenu un pique-nique sur le rond point de Bellugues qui marque l'entrée des Gorges du Tarn. Et sur lequel doit se construire un «restaurant» Burger King, si nous n'agissons pas...

Les Gorges du Tarn, site naturel grandiose classé à l'Unesco, synonyme d'environnement et de biodiversité préservés, de pastoralisme, de productions agricoles de qualité et de bons produits du terroir...

Quel symbole pour notre entrée dans le « monde d’après », et pour mettre en valeur Millau et ses sites remarquables !

Ni ici ni ailleurs Ni ici ni ailleurs

Imaginer construire un cube immonde de 400 m2 et de 7m de haut avec parking sur un terrain de 3000 m2 d’espaces verts, usine à produire de la bouffe de merde assemblée à partir de produits agricoles industriels et chimiques, des emplois précaires non qualifiés, dans laquelle les travailleurs sont des pions interchangeables, une usine qui encore une fois est pensée pour et par l’usage de la sacro-sainte voiture…

Quelle idée débile franchement, quelle idée d’un autre temps ! Mais qui a bien pu l’avoir, et la mettre en action ?

Monsieur Puech, gérant de la SCI ALCO, est le lumineux porteur de ce projet et l’ancien Maire Christophe Saint-Pierre et son équipe l’ont aidé à le mettre en œuvre : la mairie en vendant deux parcelles indispensables à la construction d’un « grand restaurant » selon leurs dires au conseil municipal. Monsieur Puech en y installant moyennant d’importants loyers et profits personnels l’enseigne burger king… L’art de vendre pour rien des terrains communaux (60 euros du mètre carré) au profit d’une SCI privée, qui elle, va grassement s’enrichir… On aimerait connaître le montant des loyers que va verser burger king à la SCI ALCO. Ça nous permettrait certainement de mieux comprendre la motivation quasi altruiste de Monsieur Puech.

Les voisins riverains, qui subiront les nuisances, les odeurs de friture, les voitures, la dépréciation de leur bien immobilier n’ont rien à dire. Ils n’auront plus qu’à admirer « un projet qui s’intègre bien dans cet espace, qui le revalorise » selon Monsieur Puech en bon marchand de tapis. C’est bien connu, un espace vert avec un burger king ou un Mac donald, au milieu, c’est quand même plus beau… Sinon c’est terne, trop de vert partout, d’oiseaux, d’insectes. Il reprend « On n’a pas l’esprit de destructeur, on essaie de conserver un bel espace, c’est notre état d’esprit de ne pas bétonner, ce projet a de l’allure ». Transformer un espace vert en burger king, mais sans bétonner… Il est fort ce Monsieur Puech, ou alors très naïf, ou alors doté d’un goût de chiotte très prononcé, ou peut-être tout simplement qu’il nous prend légèrement pour des cons ?

Hier nous étions une cinquantaine à manifester pacifiquement contre ce projet d’un autre temps, et à reprendre le flambeau de la lutte contre l’implantation d’un énième Mac donald à Millau il y a 20 ans. Étaient présents des riverains, la Confédération Paysanne de l’Aveyron, des Gilets Jaunes, des restaurateurs de Millau et des Gorges du Tarn, des citoyens inquiets.

Pourquoi une telle inquiétude pour un « restaurant » dans lequel les opposants hostiles au projet ne seront pas obligés de se rendre après tout (argument massue de pas mal de nos détracteurs) :

  • Parce qu’il est insupportable de voir encore une fois le bien commun (parcelles communales d’espaces verts, terrain de boules) sacrifié sur l’autel du profit d’un seul individu, Monsieur Puech.
  • Parce qu’on assiste à une hémorragie de fermetures de commerces en centre ville. Avec des restaurants qui souffrent, et qui pourtant sont de vrais lieux de création d’emplois, de convivialité et de vitalité pour une ville.
  • Parce qu’il est insupportable de voir les grandes enseignes continuer à vampiriser et à défigurer les abords de nos villes, la laideur est leur marque de fabrique. Il suffit de rentrer dans n’importe quelle ville française pour s’en apercevoir… N’en déplaise à Monsieur Puech qui semble trouver ça très beau…
  • Alors que cet été, malgré le Covid 19, de nombreux Français et touristes ont découvert ou redécouvert la singularité et la beauté de l’Aveyron et de la Lozère, alors que les offices de tourisme, la radio, la télévision et les politiques se servent à tout va de nos magnifiques paysages, des savoir-faire traditionnels, de notre terroir pour séduire les estivants et promouvoir nos départements, on va laisser construire l’antithèse de ce qui attire les touristes à nous ! Du bon foutage de gueule en barre… La nature n’est pas un instrument publicitaire !
  • Parce que nous avons raison d’être inquiets. La catastrophe écologique s’accélère partout, elle impacte déjà nos territoires et nous en sommes tous de plus en plus conscients. Nous ne pouvons plus rester les bras croisés à regarder le désastre arriver. Il nous faut agir pour arrêter partout le bétonnage inutile. Et c’est bien le cas ici, burger king n’est pas indispensable à Millau. Cette entreprise, symbole de bouffe de merde, de boulots de merde, de laideur, de gras, de mondialisation, de déni écologique, se fout royalement de ses salariés, des questions écologiques, du réchauffement climatique, de nos enfants et de leur santé (voir les ravages de l’obésité en France).

Toutes ces raisons expliquent notre détermination. Et nous espérons être dans les mois qui viennent plus nombreux dans ce combat. Nous espérons aussi que nos femmes et hommes politiques mesureront bien le très mauvais signal écologique et économique que représentera la construction de cette nouvelle aberration, s’ils laissent faire… Nous avons besoin de leur soutien clair dans ce combat !

Murder King Murder King

La vision du monde de mac donald est la même que celle de burger king. Une vision à court terme où seul le profit immédiat compte, quel que soit le prix à payer pour les générations futures. Nous devons, pour nos enfants, faire barrage.

Cette vision folle et cette course vers l’abîme doivent être stoppées net ! Aux chiottes burger king/mac donald et leur monde de merde !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.