Grégory Garcia
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2015

Chili, 11 septembre 1973 : la démocratie assassinée

« Avec moi, c'est le peuple qui entre à la Moneda » disait Salvador Allende, après son élection à la présidence de la république du Chili, le 4 septembre 1970. Après trois défaites présidentielles, par son opiniâtreté et sa détermination au sein du parti Unité Populaire, il mène son pays au socialisme par la voie du processus électoral. Une révolution légale en quelque sorte, dans un continent pillé depuis l'arrivée de Christophe Colomb.

Grégory Garcia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

« Avec moi, c'est le peuple qui entre à la Moneda » disait Salvador Allende, après son élection à la présidence de la république du Chili, le 4 septembre 1970. Après trois défaites présidentielles, par son opiniâtreté et sa détermination au sein du parti Unité Populaire, il mène son pays au socialisme par la voie du processus électoral. Une révolution légale en quelque sorte, dans un continent pillé depuis l'arrivée de Christophe Colomb.

« Les thèses de Milton Friedman lui ont donné le prix Nobel, elles ont donné au Chili le général Pinochet » Eduardo Galéano

Les Etats-Unis voient là un danger plus grand que Cuba. Substituer le bulletin de vote au fusil peut donner des idées aux pays voisins ; impensable pour les yankees. Mais déjà, durant la campagne présidentielle de 1964, Allende est pris au sérieux par la CIA qui finance la campagne du démocrate-chrétien, Eduardo Frei Montalva. Celui ci bénéficie du report des voix de la droite, impulsé par la CIA. Plus tard, pendant la campagne de 1970, la CIA collabore avec la multinationale ITT (International Telephone and Telegraph) pour provoquer la défaite de l'UP, et essaie encore après sa victoire du 4 septembre d'enrayer la confirmation du Congrès chilien, comme la constitution le prévoit.

Salvador Allende met en place un programme à l'opposé de la vision économique du pays de l'oncle Sam : augmentation des salaires, impôt sur les bénéfices, Sécurité Sociale plus juste, nationalisation du secteur du cuivre (première exportation du Chili) et parmi d'autres encore, une mesure qui n'est pas sans rappeler en Europe une actualité brûlante : un moratoire sur la dette publique. Il est d'ailleurs révélateur de savoir que jamais Allende ne profitera d'un seul prêt de la Banque mondiale durant ses trois années de présidence ; les fonds n'arriveront qu'après le coup d'état militaire. Rien d’étonnant de la part d'une banque sous influence des USA qui asservit encore aujourd'hui les pays du sud.

Avant même son investiture, le 22 octobre 1970, un coup d'état militaire de l'extrême droite soutenue par la CIA veut retourner l'armée contre Allende et assassine le général Schneider. La tentative échoue, mais le ton est donné. Nixon lance alors sa phrase : « Faites hurler l'économie ». Le gouvernement de l'UP doit faire face aux partis opposés, la grève des camionneurs et celle des patrons, une presse d'opposition, le Chili subit également une baisse des importations des produits alimentaires et manufacturés, le tout avec le concours de la CIA. Malgré tout, l'UP tient bon. Le pays est divisé entre une classe possédante et une autre qui sait que ce gouvernement est le sien. Mais les choses vont s'accélérer.

« Je ne vois pas pourquoi nous serions restés les bras croisés alors qu'un pays de l'hémisphère risquait de passer sous contrôle marxiste en raison de l'irresponsabilité de son peuple... » C'est avec une auto-prescription des plus cyniques, que Kissinger, chef d'orchestre du massacre chilien, justifiera plus tard le coup d'état et 17 ans de dictature militaire. Celui du « miracle chilien » selon Milton Friedman et les Chicago Boys ; celui d'un modèle économique fait de déréglementation, né d'un coup d'état, et qui a encore besoin aujourd'hui pour exister, de piétiner la démocratie. Parmi d'autres, Allende sera trahi par celui qu'il avait nommé chef des armées peu de temps avant le coup d'état : le général Augusto Pinochet.

En 1998, à Londres, Pinochet est placé sous résidence surveillé après un mandat d'arrêt international lancé contre lui. Margaret Thatcher ne tarira pas d'éloges à son sujet, lui disant directement : « Je suis bien consciente que vous êtes celui qui a amené la démocratie au Chili, vous avez établi une constitution appropriée à la démocratie, vous l'avez mise en œuvre, des élections ont été tenues, et enfin, conformément aux résultats, vous avez quitté le pouvoir ». La Moneda bombardé, le suicide d'Allende, les doigts coupés de Victor Jara, son exécution, la mort de Pablo Neruda, les vols de la mort des hélicoptères jetant les corps à la mer, les prisonniers, les torturés, les fusillés, les fosses communes. Il y aurait quelques lignes à écrire également sur la conception démocratique de celle qui traitait Nelson Mandela de terroriste...

Il faut interpréter le suicide de Salvador Allende non pas comme une reddition ou un abandon, mais comme un acte de classe. L'ultime action du combat d'un homme qui a œuvré pour le socialisme. Pour s'en rendre compte, il suffit d'écouter son dernier message radio, un document exceptionnel, où d'une voix calme et posée, Allende a déjà pris la décision de sa vie et appelle le Chili à résister au fascisme. Pinochet est mort sans avoir été jugé, l'injustice demeure, mais la rancune se veut tenace. Elle doit servir à construire une société meilleure que Salvador Allende avait commencé à bâtir de son vivant. La date du 11 septembre 1973 doit être connue de toutes celles et ceux revendiquant le socialisme à travers le monde.

© fandelatoile

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim
Journal — Logement
À Lyon, une école occupée pour aider une famille sans logement
Le collectif citoyen « Jamais sans toit » a commencé l’occupation de l’école Michel-Servet, dans le 1er arrondissement, pour témoigner son soutien à deux enfants scolarisés ici sans logement avec leurs parents. À l’heure actuelle, dans la métropole lyonnaise,  110 enfants et leurs familles sont à la rue.
par Faïza Zerouala
Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu