Grégory Garcia
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2015

Fragment de vie d'intérimaire...

Grégory Garcia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quand on est intérimaire, on bosse parfois quasi à la "carte". Contrat de travail hebdomadaire, ou bi hebdomadaire, ou bien encore mensuel quand ce n'est pas pour une journée ou deux. Le mois travaillé est payé le mois suivant, (souvent le 12 du mois), possibilité d’acompte pour celles et ceux qui n'arrivent pas financièrement à atteindre cette date, mais ensuite il faut savoir gérer tout cela, ce n'est pas forcément évident. Toujours est il qu'un intérimaire ne reste pas moins salarié et donc protégé par le code du travail.

Fragment : Médecine du travail en mission intérim

Une entreprise temporaire me propose une mission et 2 jours après une visite auprès du médecin du travail. L'entreprise temporaire me fait savoir qu'elle prend en charge le temps de la visite une heure ; passé ce délai, je devrai selon elle rattraper le temps de travail non pris en charge dans l'entreprise utilisatrice. Le travail en question commence à 7h30 le matin, la visite est à 8h30. Les deux lieux sont trop éloignés l'un de l'autre, 20 km. En accord avec l'entreprise temporaire et l'entreprise utilisatrice, je commencerai la journée de travail après ma visite auprès du médecin du travail. De 7h30 à 8h30 donc, le temps est rémunéré comme du temps de travail, mais ensuite, il faut "rattraper".

Je fais savoir au téléphone à mon interlocutrice que je n'ai jamais vu ce cas de figure et qu'il me semble bien que tout déplacement à la médecine du travail est considéré comme du temps de travail quelque soit la durée de la visite. L'interlocutrice me dit : "Nous avons toujours fonctionné comme ça." Elle est de bonne foi, elle se renseigne auprès de sa collègue salariée, comme elle. Elle lui répond : "Oui, je crois." En fait, elle hésite, elle n'est pas sûr, elle ne sait pas. Elle me dit : "C'est les infos que je dois retransmettre." OK ! L'entreprise temporaire n'est pas d’accord, pour elle, pas de rémunération au delà d'une heure. Très bien, je cherche l'article en question, je le trouve, je fais un copier/collé, je le transmet par mail à l'entreprise temporaire :

Article R4624-28 du code du travail :

" Le temps nécessité par les examens médicaux, y compris les examens complémentaires, est soit pris sur les heures de travail des salariés sans qu'aucune retenue de salaire puisse être opérée, soit rémunéré comme temps de travail normal lorsque ces examens ne peuvent avoir lieu pendant les heures de travail.
Le temps et les frais de transport nécessités par ces examens sont pris en charge par l'employeur."

Je fais ma visite auprès du médecin du travail, je regagne mon poste de travail à 9h30. Il aurait fallu "rattraper" une heure. Je ne rattrape rien.

Le lendemain, "la chef d'agence" de l'entreprise temporaire me téléphone. Elle me demande la photocopie de ma carte grise en me disant d'un ton hautain : "Vous savez pourquoi n'est ce pas ?" Oui je sais pourquoi, je sais maintenant que je serai pris en charge intégralement, mais je sais surtout que des milliers d'intérimaires ont certainement "rattraper" un temps qu'ils n'auraient pas dû en plus des frais de transports perdus à cause de cette enseigne temporaire. Le temps de trouver l'article du code du travail ma pris 10 minutes. Le code du travail est si compliqué...

Depuis combien de temps l'entreprise temporaire agit elle ainsi ? Est elle en règle aujourd'hui ? La conversation téléphonique est sèche. Mon mail ne lui a pas plu, ça tombe bien, moi non plus, "la chef d'agence" ne m'a pas plus. Pas question de renouveler un contrat hebdo pour une voleuse de salaire qui rechigne à respecter le code du travail. Pas question d'augmenter la marge d'une enseigne temporaire de la sorte. Pas question de gagner moins pour qu'elle gagne plus. À la date d'échéance du contrat hebdo en cours, terminé, fin de mission !

Cela peut paraître anodin ou superflu pour certains à première vue. Ceux là ont la vue bien basse pour les 509 300 intérimaires de ce pays -chiffre 2013 INSEE- 

Parfois, il n'y a même pas de visite auprès du médecin du travail. On voit d’abord ce que l'intérimaire donne, on verra après...

Les intérimaires sont les salariés les moins biens protégés, les plus exposés aux accidents du travail à cause du manque de formation, ceci en raison du caractère "temporaire" de leur contrat de travail. Ils travaillent au sifflet, à la schlague...

Répétez le auprès des intérimaires que vous connaissez, informés les de leurs droits, ils sont comme tout salariés protégés par le code du travail, dites-leur, c'est de la bonne propagande.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé