Les femmes sont des hommes comme les autres

Je sais, une femme ne devrait pas dire ça. Et pourtant, ma fille, tu seras une femme, si...

nuage-soleil

Pas féministe, pas misogyne, non. Contente d’être une femme je n’ai jamais eu l’impression de valoir moins qu’un homme ou d’être moins bien considérée. Jamais... Les femmes et les hommes sont égaux en dignité et en droit. Je n’ai jamais douté de cela. Et j’ai transmis cela à mes filles qui le transmettent à leurs fils...  Ils ont les mêmes droits et les mêmes devoirs les uns envers les autres. Peut-être parce que je suis née entre une grande sœur et un petit frère. Peut-être parce qu’avant moi, mes parents ont perdu deux petits... Peut-être parce que j’ai passé beaucoup de temps avec une espèce d’ange qui m’aimait comme personne. Il me fallait bien ça puisque de toute évidence, même si nos parents nous aimaient tous les trois et on donné leur vie pour nous, mes parents avaient chacun leur préféré... En plus quand je suis née j’ai failli tuer ma mère et je le jure, j’ai pas fait exprès... Il faut toujours être le préféré de quelqu’un. Sinon c’est difficile de grandir. Et mon ange à moi, c’était une vieille célibataire, tailleurE de métier, c’était à l‘époque plutôt un métier d’homme, elle avait du caractère, doublée d’une grenouille de bénitier qui m’emmenait partout avec elle, quand elle faisait le bien. Une nonne laïque, ma chance à moi. Pas très féminine, et d’une douceur infinie...

Je crois que c’est elle qui m’a appris que les femmes sont des hommes comme les autres. Egales aux hommes, en dignité et en droit et pour moi aussi c’est devenu une évidence.

Ma fille, tu seras une femme si... Merci Rudyard Kipling

« Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amantE sans être foLLE d’amour,
Si tu peux être fortE sans cesser d’être tendre,
Et, te sentant haïE, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en soeur,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructRICE,
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être durE sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudentE,
Si tu sais être bonNE, si tu sais être sage,
Sans être moralE ni pédantE ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire
Tu seras une femme, mA fille.

Et n’oublie pas ma fille que nous tous  sommes sur terre pour nous aimer. A commencer par nous-mêmes. Parce que nous le valons bien et qu’on ne peut pas aimer les autres, si on ne s’aime pas soi-même... Et ce n’est pas facile tous les jours de s’aimer soi-même, et pour ça aussi, nous avons besoin des autres...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.