Des milices maintenant

Et quoi encore ?« Avant le Haut-Rhin, le dispositif « participation citoyenne » a déjà été expérimenté dans les Alpes-Maritimes, le Loir-et-Cher, le Nord, la Drôme, l’Hérault et l’Allier. Visant à mobiliser la vigilance des habitants sur leur propre sécurité,

Et quoi encore ?

« Avant le Haut-Rhin, le dispositif « participation citoyenne » a déjà été expérimenté dans les Alpes-Maritimes, le Loir-et-Cher, le Nord, la Drôme, l’Hérault et l’Allier. Visant à mobiliser la vigilance des habitants sur leur propre sécurité, il consiste essentiellement à signaler « présences suspectes ou agissements douteux de personnes étrangères aux lieux », afin de « mettre en place des contrôles orientés ou des services de surveillance générale ». Le tout en liaison avec la gendarmerie, la police municipale et la mairie et en faisant du « référent de quartier désigné par ses pairs, le maire et les forces de sécurité », une pièce maîtresse du dispositif. »

L’Alsace 7 novembre 2010 - DNA 7 novembre

 

Participation citoyenne ? Comme c’est joliment dit. Derrière ces mots alléchants se cache bien autre chose, comme d’habitude, avec ce pouvoir policier.

Dès que les habitants de Soultz, une commune du Haut-Rhin ont reçu l’invitation pour une réunion, la mobilisation s’est organisée, contre… La résistance, comme avant…

Résultat des courses, la réunion a été annulée, faute de participants. A part un couple, personne ne s’est déplacé.

Non les habitants ne veulent pas de milice chez eux. Des indics, des délateurs et puis quoi encore ?

Et comme l’a dit le maire de la commune « Sans la participation des citoyens, tous nos efforts ne sont rien. »

Sans collaborateurs, pas de milice. CQFD

 

 

 

 

 

 

C’est pour faire la fête et pour faire plaisir à un ami dont c’était le 18ème anniversaire qu’Abdelkader Gridda s’est rendu à la fête de la bière à Berrwiller le 30 juin 2007. Il s’est fait expulser plusieurs fois de la fête. Pourquoi ? Alors il a bu, il a fumé et une dernière fois il a foncé dans les gens qui quittaient la fête, puis parce qu’il a vu arriver un projectile sur son véhicule, il a accéléré. Il a tué un jeune homme et blessé 15 autres personnes.

Il vient d’être condamné à 20 ans de réclusion criminelle. Dans la salle d’audience il y eut des applaudissements, des propos racistes aussi. Sans l’alcool et sans le racisme, ce drame n’aurait jamais eu lieu.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.