Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

2035 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2010

La justice, pas la violence

Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© ADM93390
© ADM93390
© ADM93390

Dans l ’affaire Zyed Bouna, les deux jeunes morts, électrocutés dans un transformateur alors qu’il fuyaient les policiers qui leur couraient après, le Parquet a requis un non lieu pour les policiers mis en cause.

Il faut rappeler parce que ce n’est pas clair pour tout le monde, que le Parquet, le procureur de la République, tous les procureurs de la République, dépendent directement du Ministère de la justice à qui ils doivent rendre des comptes, à qui ils doivent leur avancement etc. Les Procureurs ne sont absolument pas indépendants (et moins que jamais), contrairement aux juges d’Instruction qui eux le sont. Et tout ce que le pays comptent de pro sarkozystes passent leur temps à vilipender ces juges d’instruction gauchistes alors que les juges, la plupart du temps ne font rien d’autre que leur métier, en leur âme et conscience. Et comme dans toutes les professions, certains juges ont plus de conscience que d’autres. On ne voit pas pourquoi il en serait autrement, les juges étant des hommes comme les autres. Quoiqu’il en soit, ces juges sont libres de leurs décisions de justice. Entièrement libres. C’est même la raison pour laquelle le président de la République les déteste au point de vouloir les supprimer. Et si fin mars, la Cour européenne n’avait pas dit que les Procureurs français manquent d’indépendance par rapport au Gouvernement, il y a fort à parier que ce serait en bonne voie. Le pouvoir en place n’aime pas les contre pouvoirs. Il veut tout le monde à sa botte. Les Préfets, la police, les media et même le peuple… Tous ceux qui ont un peu d’objectivité l’ont compris depuis longtemps. Quoiqu’il en soit, maintenant un juge d’Instruction peut se saisir du dossier et faire justice. Ou pas. Zyed et Bouna ont fui devant les policiers. Ils n’avaient commis aucun délit. Les bonnes âmes disent que lorsqu’on n’a rien à se reprocher on ne fuit pas devant la police. Certains jeunes ont peur des policiers et quand ils les voient débarquer en force ils fuient. Ce n‘est pas un crime. C’est un réflexe. D’autres ont fait d’autres expériences. Dans les commentaires qui figurent sous l’article du Nouvel Obs on peut lire un commentaire qui renvoie à une autre affaire qui en dit long…

La mort des deux jeunes le 27 octobre 2005 a été suivie de trois semaines d’émeutes dans les quartiers. Chaque fois qu’une injustice a lieu dans un quartier, elle est suivie par des soulèvements de révolte, comme dans l’affaire de St Aignan, où on vient d’apprendre qu’un gendarme va être mis en examen. L’opinion a peur devant les réactions de violence des proches des victimes et des quartiers. Et le pouvoir politique le sait et celui qui est en place compte là-dessus pour asseoir son autorité. Quelques débordements dans les quartiers permettent au président de la République de serrer un peu plus la vis et annoncer de nouvelles lois. L’opinion devrait prendre du recul. Elle se rendrait compte alors que les débordements ne viennent pas seuls, qu’ils ont un sens. Lorsque ces injustices cesseront, les réactions de violence n’auront plus lieu. La vie d’un homme n’a pas de prix. Et le rôle de la police est de protéger les concitoyens, tous les concitoyens. C’est ça que leurs disent ceux qui brûlent et qui détruisent. Et pour eux, qui s’identifient aux victimes, c’est chaque fois une question de vie ou de mort. Dire ou écrire cela, n’est pas faire de l’incitation à la haine ou à la violence, c’est appeler à la raison pour éviter des violences, toutes les violences.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay