En août ça croustille

Le cul n’est plus trop coté dans les media, même en été ; c’est devenu carrément risqué. On préfère nous raconter des histoires. Le croustillant, ce sera sous forme de littérature... C’est plus chic. Et ça fait une affaire, l’affaire de l’été. Et au mois d’août, c’est bien connu, le Français lit.

 © GTK © GTK

L’affaire ? Quelle affaire ? Celle de la Madame du président de l’Assemblée nationale et de son ex mari député, qui vit avec une écrivaine, vaine, veine... D’abord on a lu ça et on s’est dit qu’il doit être intéressant ce bouquin. Oh pas à cause de l’intimité des de Rugy, on s’en tape ça, franchement... Non parce qu'on nous dit que ça traite de thèmes qui nous semblent importants comme l’antisémitisme, la liberté, le vivre ensemble...

Et puis on se dit qu’on la connaît pas l’écrivaine... On aime bien savoir qui écrit. Et pour le savoir il faut voir les gens en vrai... Et pour ça, merci Internet...

Alors on cherche un peu, on s’informe et on tombe, d’abord sur ça qui déménage...

Et puis on continue à chercher et on tombe sur ça... C’est chaud...

Et on comprend que c’est une habitude chez la dame de balancer sur ses proches... Alors on va les laisser entre eux tous ces gens qui règlent leurs comptes en faisant payer ceux qui achètent leurs récits alors que d’autres paient pour aller chez le psy...  Les media comme les éditeurs le savent, nous sommes des voyeurs...

Et pendant qu’on amuse la galerie avec des légèretés bobos, le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov meurt de faim depuis trois mois dans sa prison russe, et en France, à Beaune, des gamins n’arrivent plus à vivre parce que des racistes leur ont tiré dessus... Que les flics leur tirent dessus ils avaient presque l’habitude, mais des passants... Et bien sûr comme c’est des jeunes de quartiers, on avait dit tout de suite que c’est un règlement de compte... On en est là, en France.

Et les réfugiés continuent à mourir en mer, les personnes sans abri qui vivent dans les rues de France aussi, sauf Christian Page qui dort maintenant dans un lit, et les Palestiniens se font massacrer par l’armée israélienne, mais ça, depuis le temps, c’est la routine. Et on a bien compris aussi que ceux qui étalent leur vie privée et celle des autres dans des livres, s'en tapent éperdument, de la liberté des Palestiniens...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.