La guerre civile ou la révolution ?

Le bilan humain de la journée du 17 : une morte, 227 blessés dont 6 gravement... Des familles dans la souffrance y compris celle de la femme qui a roulé sur la manifestante... Tout ça pour ça...

 © GTK © GTK

Pourquoi ne pas se joindre aux manifestants aujourd’hui, avec un gilet vert pour la planète ou son coquelicot, ou avec des pancartes pour dire que nous voulons plus de justice, plus d’égalité, plus de fraternité. Qui peut nous en empêcher ? On n’est pas obligé d’enfiler un gilet jaune, non. Se démarquer de l'extrême droite et de la droite, c'est possible.

J'avais écrit ça hier... Et puis j’ai regardé ces images là (il faut écouter ce qui est dit aussi ...) et je me suis dit que je rêve.

Oui je rêve et je n’ai pas honte de rêver, je ne regrette jamais d'avoir des rêves immenses et en tous les cas plus grands que moi, parce que je sais que c'est la seule manière de ne jamais les perdre de vue...

Et je sais aussi qu'il ne faut jamais laisser le champ à l’extrême droite sans réagir. Ça oui. Ni aux populistes...

On nous parle de révolution à venir, mais c’est la guerre civile qui se profile. Pas partout certes, sur certains passages pour piétons on dansait pour empêcher les voitures de passer. Mais tout de même. En Savoie ou la dame est morte, ils obligeaient les voitures à faire un détour d’un kilomètres pour qu’ils dépensent plus de sous pour leur essence...

Ailleurs encore, et c’est grave, on a forcé les gens à mettre des gilets jaunes, on a fait retirer son foulard à une dame etc.

Du jaune qui a viré au brun pour beaucoup d’automobilistes pris en otage... Et certains ont vu rouge, le rouge de la peur parfois légitime et très humaine, celle qui fait faire n’importe quoi...

Le bilan humain : une morte, 227 blessés dont 6 gravement... Des familles dans la souffrance y compris celle de la femme qui a tué la manifestante... Tout ça pour ça...

La peur et la colère sont source de violence et la violence engendre la violence.

Certains sont à la peine. Ils sont nombreux à ne pas pouvoir boucler leurs fins de mois. D’autres sont vraiment pauvres, ils n’ont pas de voiture... Ils sont nombreux à ne pas avoir de toit... On fait quoi ?

On fait la révolution, la vraie, et on demande que le revenu de base soit expérimenté en France, pour tous. Un vrai revenu qui permet de vivre. Et qui rend libre. Et on descend dans la rue tous ensemble pour le demander. Parce que le droit à un toit, à un travail et à une vie décente est inscrit dans notre Constitution.

Chiche ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.