Changer le regard

Les vieilles recettes ne fonctionneront plus. Macron et son mouvement sont au pouvoir et c’est pour longtemps. Avant ça on a déjà tout essayé, la droite, la gauche et même la cohabitation...

ca-pique

Le PS est mort et ne revivra pas. La droite, pareil. Restent les extrêmes à droite. Jamais elles n’arriveront au pouvoir. La gauche la vraie, doit devenir force de propositions. Travailler pour au lieu de s’acharner contre. C’est une évidence. Aujourd’hui si on veut faire quelque chose pour la gauche, il faut être dans le gouvernement. Si Hulot réussit pour l’écologie, c’est parce qu’il est dedans. Il remporte des victoires. Pour la gauche, c’est pareil. Il faut être dedans. Y a-t-il quelqu’un de gauche, vraiment de gauche au gouvernement ? Si un vrai courageux de gauchiste mettait le président au défi, peut-être qu’il accepterait. Chiche ?

Travailler avec ne signifie pas être d’accord. Et Macron n’est pas Trump. Le diaboliser est ridicule. L’extrême gauche ne gouvernera jamais le pays. Nous sommes en France. Il nous faut faire le deuil de cette illusion. Travailler avec c’est faire des propositions pour changer les choses. C’est une manière moderne de faire de la politique. Et c’est mieux que de rester sur le bord de la route à grogner et à perdre son temps à attendre une improbable victoire. Le peuple se fiche du pouvoir, le pouvoir il l’a déjà ; chacun là où il est peut changer les choses, il suffit de vouloir.

Nous avons des choses à dire à ce gouvernement, sur le sort que nous (oui nous) réservons aux migrants, par exemple, sur la Palestine que nous (oui nous) devons soutenir absolument, sur les contrôles au faciès et autres discriminations que nous (oui nous) laissons faire dans nos cités... Et aussi, nous (oui nous) devons protéger les musulmans, ici et partout, contre l’anti islamisme instrumentalisé par les neocons, de gauche comme de droite. Macron n’est pas neocon, est c’est une vraie chance pour la France. Et un risque pour lui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.