Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

2153 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2013

Askolovitch et son dernier livre

Claude Askolovitch arrive encore à me surprendre et agréablement en plus. Il y a longtemps, Claude Askolovitch travaillait au Nouvel Obs et tenait un blog ouvert… Il y parlait de foot, mais pas que. C’était rigolo, il m’est arrivé de commenter sur son blog, et il répondait… Puis en 2007 il y a eu la campagne présidentielle, on le croyait proche de la pimprenelle  puisqu’il est de gauche, et puis on l’a retrouvé pote avec le fameux Besson dont tout le monde a aujourd’hui oublié le prénom.

Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Claude Askolovitch arrive encore à me surprendre et agréablement en plus. Il y a longtemps, Claude Askolovitch travaillait au Nouvel Obs et tenait un blog ouvert… Il y parlait de foot, mais pas que. C’était rigolo, il m’est arrivé de commenter sur son blog, et il répondait… Puis en 2007 il y a eu la campagne présidentielle, on le croyait proche de la pimprenelle  puisqu’il est de gauche, et puis on l’a retrouvé pote avec le fameux Besson dont tout le monde a aujourd’hui oublié le prénom. On a même dit d’Askolovitch qu’il serait devenu sarkozyste pour avoir une place sur une radio puis enfin, un sale jour, dans l’affaire qui a fait exploser Charlie Hebdo, il a accusé Siné d’être antisémite

Et voila qu’il nous revient avec un livre  qu’il a titré « Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas ».

J’ai vu qu’on le critique pour avoir écrit ce livre. Et j’ai eu envie d’en avoir plus. J’ai écouté l’émission à la radio, j’ai regardé son passage sur une autre radio…

© rtl.fr

« L’islam, la religion musulmane, y compris très affirmée, fait partie de notre paysage, c’est compliqué, ça n’a rien de naturel, c’est une chose avec laquelle on peut très bien vivre pour peu qu’on cesse de jeter de l’huile sur le feu et de dire n’importe quoi à longueur de discours. C’est ça la question. Qu’on arrête de rendre les gens malheureux d’un côté « les musulmans » au sens large, parce que « les musulmans » c’est un individu plus un autre plus un autre, et qu’on arrête de faire croire aux Français non musulmans qu’ils sont terriblement menacés à l’intérieur, que la viande halal va les empoisonner, ou ce genre d’imbécilités, alors qu’en réalité on devrait fabriquer un discours ou on pourrait éventuellement vivre ensemble. Tout ce que je demande mais personne dans tous ces débats n’aime la France plus passionnément que moi mais déteste ce qu’on est en train de faire, à travers cette islamophobie. »

La seule chose que j’ai vue c’est un Askolovitch en pleine forme, qui a l’air de penser ce qu’il dit. Et puis en cherchant toujours je suis tombée sur des pages de son livre, merci l’éditeur et je crois que j’ai compris pourquoi Askolovitch a écrit ce livre et je me dis que c’est bien qu’il l’ait fait. Claude Askolovitch a écrit ce livre parce qu’il ne pouvait pas faire autrement. C'est de lui qu'il parle...

Il parle dans son livre d’une dame banquière, Katia qui va se cacher dans le placard à balais de son entreprise pour prier. Parce qu’elle est musulmane pratiquante, et qu’elle ne veut pas que ça se sache au boulot…

Et Claude Askolovitch écrit : « Je connais le modèle, si j’ose, de toutes les Katia. Il est espagnol et ne date pas d’aujourd’hui. Il est de chez moi si j’ose encore. Il date de 1492, Isabelle la catholique et Ferdinand d’Aragon, ayant reconquis la péninsule, décident d’en expulser les juifs. Ceux qui resteront se convertiront, ou mourront. Ainsi naît la diaspora séfarade et un genre humain longtemps méprisé, mais cher à mon cœur, le marrane ; celui qui se dissimule pour ménager sa foi et sa survie. »

Voila c’est dit.

Et comme si ça ne suffisait pas, il prend tous les risques et il raconte aussi Myra, l’étudiante voilée de Sciences Po qui revient de Palestine où elle a aidé des gamins de Naplouse en leur donnant des cours et elle lui a raconté que des jeunes militaires israéliens se sont moqués d’elle parce qu’ils lui faisaient peur.

Et ça Claude, ils ne vous le pardonneront pas, même pas à vous… 

Claude Askolovitch, c’est Claude Askolovitch, peut-être tout simplement un homme libre qui dit et fait ce qu’il veut quand il veut… Et ça c’est assez rare, pour qu’ici on salue.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart