Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

2068 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 sept. 2013

Askolovitch et son dernier livre

Claude Askolovitch arrive encore à me surprendre et agréablement en plus. Il y a longtemps, Claude Askolovitch travaillait au Nouvel Obs et tenait un blog ouvert… Il y parlait de foot, mais pas que. C’était rigolo, il m’est arrivé de commenter sur son blog, et il répondait… Puis en 2007 il y a eu la campagne présidentielle, on le croyait proche de la pimprenelle  puisqu’il est de gauche, et puis on l’a retrouvé pote avec le fameux Besson dont tout le monde a aujourd’hui oublié le prénom.

Gabrielle Teissier K
Citoyenne, du monde, de gauche, athée, en résistance contre tous les racismes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Claude Askolovitch arrive encore à me surprendre et agréablement en plus. Il y a longtemps, Claude Askolovitch travaillait au Nouvel Obs et tenait un blog ouvert… Il y parlait de foot, mais pas que. C’était rigolo, il m’est arrivé de commenter sur son blog, et il répondait… Puis en 2007 il y a eu la campagne présidentielle, on le croyait proche de la pimprenelle  puisqu’il est de gauche, et puis on l’a retrouvé pote avec le fameux Besson dont tout le monde a aujourd’hui oublié le prénom. On a même dit d’Askolovitch qu’il serait devenu sarkozyste pour avoir une place sur une radio puis enfin, un sale jour, dans l’affaire qui a fait exploser Charlie Hebdo, il a accusé Siné d’être antisémite

Et voila qu’il nous revient avec un livre  qu’il a titré « Nos mal-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas ».

J’ai vu qu’on le critique pour avoir écrit ce livre. Et j’ai eu envie d’en avoir plus. J’ai écouté l’émission à la radio, j’ai regardé son passage sur une autre radio…

© rtl.fr

« L’islam, la religion musulmane, y compris très affirmée, fait partie de notre paysage, c’est compliqué, ça n’a rien de naturel, c’est une chose avec laquelle on peut très bien vivre pour peu qu’on cesse de jeter de l’huile sur le feu et de dire n’importe quoi à longueur de discours. C’est ça la question. Qu’on arrête de rendre les gens malheureux d’un côté « les musulmans » au sens large, parce que « les musulmans » c’est un individu plus un autre plus un autre, et qu’on arrête de faire croire aux Français non musulmans qu’ils sont terriblement menacés à l’intérieur, que la viande halal va les empoisonner, ou ce genre d’imbécilités, alors qu’en réalité on devrait fabriquer un discours ou on pourrait éventuellement vivre ensemble. Tout ce que je demande mais personne dans tous ces débats n’aime la France plus passionnément que moi mais déteste ce qu’on est en train de faire, à travers cette islamophobie. »

La seule chose que j’ai vue c’est un Askolovitch en pleine forme, qui a l’air de penser ce qu’il dit. Et puis en cherchant toujours je suis tombée sur des pages de son livre, merci l’éditeur et je crois que j’ai compris pourquoi Askolovitch a écrit ce livre et je me dis que c’est bien qu’il l’ait fait. Claude Askolovitch a écrit ce livre parce qu’il ne pouvait pas faire autrement. C'est de lui qu'il parle...

Il parle dans son livre d’une dame banquière, Katia qui va se cacher dans le placard à balais de son entreprise pour prier. Parce qu’elle est musulmane pratiquante, et qu’elle ne veut pas que ça se sache au boulot…

Et Claude Askolovitch écrit : « Je connais le modèle, si j’ose, de toutes les Katia. Il est espagnol et ne date pas d’aujourd’hui. Il est de chez moi si j’ose encore. Il date de 1492, Isabelle la catholique et Ferdinand d’Aragon, ayant reconquis la péninsule, décident d’en expulser les juifs. Ceux qui resteront se convertiront, ou mourront. Ainsi naît la diaspora séfarade et un genre humain longtemps méprisé, mais cher à mon cœur, le marrane ; celui qui se dissimule pour ménager sa foi et sa survie. »

Voila c’est dit.

Et comme si ça ne suffisait pas, il prend tous les risques et il raconte aussi Myra, l’étudiante voilée de Sciences Po qui revient de Palestine où elle a aidé des gamins de Naplouse en leur donnant des cours et elle lui a raconté que des jeunes militaires israéliens se sont moqués d’elle parce qu’ils lui faisaient peur.

Et ça Claude, ils ne vous le pardonneront pas, même pas à vous… 

Claude Askolovitch, c’est Claude Askolovitch, peut-être tout simplement un homme libre qui dit et fait ce qu’il veut quand il veut… Et ça c’est assez rare, pour qu’ici on salue.

© 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot