Pierre Azelvandre est mort

 

Vous ne connaissez pas Pierre Azelvandre ? C’est que vous ne vous êtes jamais vraiment intéressé aux OGM.

Pierre Azelvandre disait que ce n’est pas lui qui avait choisi les OGM que ce sont les OGM qui l’ont choisi.

C’est lui qui a obtenu l’arrêt de la Cour européenne disant que l'information relative au lieu de la dissémination d'OGM ne saurait en aucun cas rester confidentielle.

Si vous n’avez pas entendu parler de lui, c’est que vous ne savez pas non plus qu’il s’est insurgé tout seul contre les essais transgéniques sur les vignes de l’INRA à Colmar, en milieu non confiné. Il a coupé proprement (pour ne rien disséminer) ces petits ceps de vigne, s’est dénoncé, comme le font les faucheurs volontaires. Il a été lourdement condamné pour cela, en appel.

Il aurait voulu lancer un grand débat dans l’opinion. De débat il n’y aura pas. Même après que d’autres faucheurs lui aient emboîté le pas.

Pierre n’est pas mort à cause des OGM. Il avait tourné cette page, même si elle fut douloureuse pour plein de raisons. Il en avait tourné d’autres avant.

Il a écrit la dernière de sa vie d’homme lundi soir, parce qu'il l'a décidé. Tout seul, comme à son habitude.

Il n’y a plus rien à ajouter.

Tout est terminé.

Et moi je sais déjà, que jamais je ne vais l’oublier.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.